Skye

Il y a les « pays riches ».. même 5% de la Chine – et il y a les pays pauvres.
Ceux dont on ne parle JA-MAIS, ce sont les très pauvres dans les pays très riches.
Ne parlons pas des « pauvres » français suffisamment assistés comme ça.. parlons des « vraiment » pauvres. Chaque pays occidental a ses vrais-pauvres, habilement dissimulés.
Pour s’en convaincre, revoyez par exemple- le film « Deliverance » qui nous fait vite soupçonner que l’ « Amérique » ne dit pas tout.
Plus près de nous, il y a par exemple l’Irlande ou l’Ecosse-de-la-couronne-d’Angleterre (encore pour quelques années)

Sur le plan strict de l’art musical, ce qui est sidérant dans cette séquence sidérante, c’est qu’alors que le riche « américain » regarde la position de ses doigts sur les cordes du manche de sa guitare, le gamin débile n’en a pas besoin.
Je ne me suis pas intéressé au script mais ne serais pas étonné que le jeune ne joue pas la comédie .. soit réellement un surdoué, même s’il n’est surdoué qu’en « ça » (2).

L’Ecosse.. on sait qu’on y est (au nord de la Grande Bretagne), parce qu’il n’y a plus un seul arbre .. des landes à perte de vue.
TOut ce qui intéressait la Couronne, c’était la cai à canon écossaise.

Pendant que les pauvres français des années 50 se chauffaient « au charbon » déjà // en Scotland, on se chauffait (et se chauffe encore) « à la tourbe ». La tourbe, ça veut dire qu’on découpe à la pelle, des carrés d’herbes pourries-mouillées. On fait sécher un ou deux mois – au gré de vents.. et on se chauffera.. on fera la cuisine au gré de ces tourbes si elles ont bien voulu sécher ..

Quelle vie !!?

J’ai deux souvenirs d’Ecosse.. de cette île de Skye (Skye (An t-Eilean Sgitheanach en écossais)

Trois – pardon !

D’abord : les écossais ne parlent pas un anglais que je connaisse.

Ensuite :

Ma copine et moi avions demandé un bad&breakfast (1). Passé trois jours.. on était les seuls clients – je demandais à la dame : « Mais comment faites-vous pour avoir un pain si frais, tous les jours ? »
La tenancière me répondant : « Bein, je me lève chaque quatre heure du matin pour vous faire du pain frais ».
C’est aussi simple que ça.

Et pour finir :

Je ne parle pas un mot de ce baraguouin ..
La lande couverte d’un épais brouillard pluviottant les 9/10 de la sainte journée..

En Ecosse, faire démarrer une R5, n’est pas uns sinécure..
Durant un petit parcours, la bagnole glisse au bord de la route et s’embourbe dans la tourbe.

Les années 80, Europe_1 avait attendu que la 47° voiture veuille bien s’arrêter pour venir en aide à un accident factice.

Cette fois-ci, embourbé – le premier 4×4 s’arrête.
Le mec saute — passe derrière, décroche son treuil (son « crabo ») et attache à ma bagnole. Il remonte – avance doucement. Re-saute et décroche son bazar .. je suis à nouveau sur la route.
Alors que je m’apprête à le remercier chaudement.. il est déjà loin.
Il a fait « ce qui fallait » et basta.

Pas étonnant que ces « sauvages » d’hindous ou d’indiens pissent dans leur froc respectif en entendant ça.. se sauvent de peur d’une gigantesque Nessie prête à les dévorer.

(1) « bas », c’est volontaire !

(2) Notes plus d’une réflexion – Après avoir joué le morceau, l’ « américain » s’en va sans plus de forme.. même pas une petite pièce, pas même un sourire complice de remerciement.
Quelques secondes plus tard, il retourne quand même sur ses pas pour aller remercier le débile.. qui sait ? Alors, le gamin l’ignore comme s’il ne l’avait jamais rencontré.

Ce sont bien // deux mondes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s