Sérieux / Empêché de dormir

Ça ne vous empêchera pas de dormir… pourtant, un peu de sérieux ne saurait nuire.

C’est ce sujet qui nous turlupine incessemment : la cognitivité.

« Je pense, donc, je suis »

Mais est-ce bien vrai dans le fond ?
Comme ce « temps ». Le temps existe t-il ? D’autant que Poincaré (idée reprise par Albert Einstein) a remis tout ça en question.

lechat 2

Le temps serait une conséquence de notre mort, notre fin personnelle inévitable.
Les choses changent t-elles ?
Il est des philosophies orientales qui s’arrangent bien avec ces paradoxes.

C’est vrai que « Je pense, donc, je suis » est par trop exclusif.. une montagne pense t-elle ? Ne bouge t-elle pas à sa vitesse ?
Les arbres souffrent par exemple.. preuve en est que quand on écrit au couteau « Roro aime Lili », le temps passe et l’arbre c’est défendu en cicatrisant.
Pire : on constate que certaines particules (atomiques) apparaissent un peu avant que les éléments qui vont leur donner naissance ne soient rapprochées !

Pour s’empêcher de dormir ~~ il y a des tonnes de littérature technique, matheuse, philosophique.
Tiens – au fait : je me rappelle une bonne définition de ce qu’est la philosophie ~~ Quant il s’agit de réflexion sur notre existence, tu retires Dieu (tu deviens athée) et il reste la philo; philo dont l’utilité dans la réflexion, est de remplacer Dieu.

J’ai moi-même, tourné pas mal de pages mais le plus simple (sans équations auxquelles je ne comprend rien) pour comprendre la cognitivité – comment on « interface » notre environnement, ce sont quelques paragraphes dans « LE Principe de Lucifer » de Howard Bloom.

Dans son bouquin, Howard cause à plusieurs reprise du congnitif et parfois, dérange franchement notre ordinaire :

.. Comme les commutations reliées entre elles dans une toile connexionniste, une communauté d’abeilles communique constamment pour former un cerveau collectif qui peut résoudre des problèmes qu’aucune abeille ne pourrait aborder seule. Au cours d’une expérience, des scientifiques placèrent un plat d’eau sucrée à la sortie de la ruche. Après un certain temps, ils déplacèrent l’eau,[..]

A leur grande surprise, au bout de quelques jours, les insectes ne se contentaient pas de suivre simplement les déplacements de l’eau sucrée. Les abeilles sortaient de la ruche et se regroupaient à un endroit où le plat n’avait pas été placé, le lieu où les insectes prévoyaient que le plat allait être posé, et leurs calculs tombaient pile. En fonctionnant comme un cerveau collectif, les abeilles avaient accompli quelque chose que les êtres humains doivent subir au cours des examens d’entrée dans l’enseignement supérieur: elles avaient résolu le problème d’une suite mathématique.[..]
Le problème est résolu non pas par une seule abeille, mais par la masse interconnectée.

C’est dans le chapitre #27.

Cerveau global — Wikipédia
cerveau global (Howard Bloom); cerveau planétaire (Joël de Rosnay); cerveau social … Par conséquent, les processus cognitifs au niveau du cerveau global …
fr.wikipedia.org/wiki/Cerveau_global

Mais il n’évoque pas que le « cerveau global », il évoque aussi nos erreurs en matière de compréhension des choses.

Pour ma part – j’invente le « système à bulles »// avec comme thèse : la différence entre l’expérience acquise et le « livresque ».

La première bulle de notre cognitif, c’est notre peau.
Nos viscères sont à l’intérieur .. c’est la peau qui marque, « ressent » la venue de l’extérieur.

Puis il y a la bulle qu’on décrit en tournant les bras. C’est la proximité.. la première présentation du monde « extérieur ».

Ensuite, il y a la bulle de quelques mètres.. jusqu’à la cuisine, les chiottes ..

On le déduit facilement : la bulle suivante, c’est jusqu’à la boite aux lettres, puis la suivante : la superette.
 

  (2)

La prochaine sphère, c’est « là où je vais » bosser.
Et – très généralement, notre monde objectif, s’arrête là. Je veux dire qu’on ne peut parler d’ « expériences vécues » que jusqu’à cette sphère.
Ensuite commence la subjectivité.
Bien sûr, on peut aller au ciné à 8 stations de bus, aller exceptionnellement aux Galeries Lafayette – mais ce sont déjà des incursions HORS de notre sphère habituelles.

Notre erreur fondamentale, c’est de reproduire les mêmes schémas quel que soit le niveau (la largeur) de la bulle.. La façon dont on s’engueule avec sa concierge .. on usera du même schéma de réflexion quand il s’agit d’évaluer Mao Zedong (1).

Passé les Galeries Lafayette, c’est là que notre cognitif commence à dérailler .. maintenant – plus on élargira les sphères : département, pays, mondes, univers .. plus on s’éloignera de la constatation personnelle // alors, tout devient parfaitement subjectif. On ne se réfère plus à notre peau, au « contact » mais aux informations qu’on voit sur TF1, celles qu’on a reçu de l’université, les « on dit ». Ce n’est plus le fruit d’expériences (cognitives) mais de prémâché.

J’aime bien ces expressions telles « Tout le monde sait que .. », « Les français sont opposés à .. » déjà que la concierge de tout à l’heure est rarement d’accord;
quand ce n’est pas  » .. puisque je l’ai lu dans le journal ».

(1) Même s’il nous prend de faire du tourisme.. inévitablement, on emporte avec soi une foule d’idées reçues qui vont longtemps affecter notre perception avant qu’on com-prenne le fond des choses.

(2) Où il dit quelque part – alors qu’ils ne sont séparés que de même pas 25 pouces : « Ceci, c’est « mon » espace ! » Ici en français.

[Tags Keywords space dance dirty dancing]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s