Festival ch*ant (suite pas faim)

Bérénice Bejo sur la guerre en Tchétchénie .. ce qu’on doit rigoler :

Il raconte, à échelle humaine, quatre destins que la guerre va amener à se croiser. Après l’assassinat de ses parents dans son village, un petit garçon fuit ..

http://www.purepeople.com/article/cannes-2014-berenice-bejo-et-michel-hazanavicius-les-stars-du-jour_a141707/1

Godard est-il usé ? Sans doute.. il en a l’age le brave, mais dans sa pellicule pour Cannes, il radote un surréalisme tel que même les acteurs disent qu’ils n’on rient compris à ce que J.-L. leur demandait de faire. Ce qui n’empêche pas les Précieuses Ridicules d’applaudir à tue tête 😉

Le surréalisme – c’est comme tout .. à petite dose.


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s