On vous a à l’œil

Ici – dans plusieurs articles, on parle de surveillance FaceBook , internet, gna gna .. mais il y a mieux – ou « pire », c’est selon :

Un logiciel intelligent pour prévoir l’avenir !

rtflash

Tous les amateurs de science-fiction se souviennent que dans la célèbre saga d’Isaac Asimov : « Fondation », il était devenu possible de prévoir l’avenir dans les grandes lignes grâce à une nouvelle science, la « psychohistoire » qui combinait sciences humaines, informatique et mathématiques.

Une équipe de recherche associant Kira Radinsky, chercheuse au Technion, et Eric Horvitz du laboratoire de recherche de Microsoft, a conçu un logiciel qui s’inspire de ce roman et vise à prévoir l’avenir en analysant à partir de puissants outils mathématiques des données historiques, économiques et sociales.

Dans un article intitulé « Analyser l’Internet pour prévoir l’avenir », les deux chercheurs présentent une méthode qui s’appuie sur l’analyse des évènements mondiaux marquants de ces 20 dernières années pour prévoir le futur. ..

Dans cet article.. on vous présente ça comme une simple curiosité scientifique en somme alors que ce mécanisme intervient déjà nombreusement, est déjà dans les ordinateurs des NSA, FBI, et autres CIA pour orienter le monde dans le bon sens qui va bien.
Qu’il y ait de bons côtés : se préparer à un attaque de grippe atypique .. très bien, mais – prévoir que l’Europe sorte de la Crise « pour y faire quelque chose », interpellerait pour le moins.

Dés plans sur les ventes d’Al.phabête de la comète Al.Hy, la NASA ne dit pas.

Publicités

Les rapports suspects entre Al.Hy et Alceste

Parcours dans les neurones d’Al.Hy aux alentours de 2010.

Alceste est furieux parce que Philinte vient de prodiguer des marques d’amitié à un homme qu’il connaît à peine. Philinte lui rappelle les exigences de la politesse. L’opinion d’Alceste est qu’on a le devoir de dire la vérité partout et à tout le monde. Il ne voit qu’hypocrisie dans la politesse, et même dans tous les faits et gestes de l’humanité.

il aime une coquette médisante, Célimène. Alceste se calme et convient de sa faiblesse.

Elle montre à Alceste son ridicule et ses contradictions.

Trahi, Alceste veut se venger et offre son amour à Éliante,

le petit nicholas 28

Alceste a perdu son procès. Il ressent une haine de plus en plus vive contre l’humanité.

Alceste, lui, reste là, encore prêt à pardonner à Célimène et à l’épouser, si elle accepte de le suivre pour vivre avec lui à la campagne. Célimène hésite, puis refuse. Alceste déclare alors son intention de rompre avec elle et de se retirer dans la solitude.

(Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/moliere-misanthrope-resume.php#ixzz2bMac9LOc )

Dans « Le Petit Nicolas » : Alceste est « un copain qui mange tout le temps ».

L’Alceste de Molière n’est-il pas un gros naïf qui s’est trompé de société, dans le fond ? du moins : un idéaliste un peu à côté de la plaque ?
Critiquer la société a pour sens « chercher à améliorer » bien sur, mais est-ce que Molière y est arrivé ? Encore en 2013, on est en droit de se poser la question 😉
Pour changer la société, il faudrait commencer par changer l’homme (et surtout : la femme) – ce n’est demain la veille.

Dans « le cas » Al.Hy – son intérêt pour le personnage d’Alceste : s’identifie t-elle à lui ? Elle reconnait à plusieurs reprises sa verdeur, voire sa naïveté (ce qui est caractéristique qu’une jeune qui met les pieds dans la société, surtout dans les médias – bien que lorsqu’elle « choisit » Alceste, elle ne s’appelle pas encore « Al.Hy ».
Ou plus simplement : ne nourrit-elle pas de la sympathie pour un semblable ?
C’est un peu la même chose dans le fond.

Puis : « hypocrite » et « heureux » – qui sont les deux autres composant d’Al.Hy.

Pourquoi-comment ce contrepoint à « Imbécile heureux » ?
Certainement pas des qualificatifs à Alceste qui au contraire, regrette l’hypocrisie de la société et est malheureux de son amante incertaine.
Ou alors : hypocrite et « fier de l’être ». Mais dans ce cas, Ophélie ne s’identifie pas mais est critique de cette gente au contraire.

On est bien incapable d’analyser la démarche alhyenne d’autant qu’on est pas parvenu à paparazziter son « petit carnet noir », mais tout ça éclaire quand même – sinon sur les solutions, au moins sur les questions qu’à 16/17 ans, elle se posait.

La psychanalyse – déjà que je ne lui accorde que très peu de crédit ici, c’est pas le propos – mais c’est vrai qu’on traîne tous nos traumas. Moi, par exemple : je suis trop « carré ».. Quand je vois une image qui n’est pas « à la bulle » (1) que l’horizon barre en couille d’un degré, il faut toujours que je redresse l’horizontal, sans quoi, ça me provoque une perturbation neuronique.

(1) Expression en prise de vue qui a pour sens : la caméra ou l’appareil, n’était pas bien horizontal. Il y a un petit niveau à bulle sur les pieds de caméra.