Ah .. si !

Ou plutôt : non.. Al.Hy n’était pas forcée d’être piano_voix_chanteuse – avec ses yeux verts, sa toison de lionne, elle aurait pu faire promoteuse es cosmétique et autres shampoineries.. racoleuse Tupperwar // ce sont de bons créneaux aussi.

Mais c’eut été dommage pour ses cordes vocales .. pour son ego – on n’eut été privé des deux.
Fo choisir dans la vie ~~ Merci, Al.Hy, d’avoir fait le bon choix.

panthene

Le travail aussi, car on a aucun mérite a naître belle, tandis que – s’user les doigts sur un clavier, s’arracher les tripes de vocalises : ça, c’est respectable.

Tiens : suit une amusante confusion dans les premières minutes de The Voice, saison 1 – malheureusement et conne par hasard, la vidéo a été blacklistée :

(16/02/12) L’émission The Voice avec Jenifer, Garou, Florent Pagny et Louis Bertignac dans le jury démarrera sur TF1 le 25 février prochain. Après une bande annonce, une reprise de « Rolling In The Deep » d’Adele par les jurés, voici un autre teaser. Ecoutez bien la voix de la jeune fille au piano chantant « Wat’s Up? » des 4 Non Blondes.
Elle ne vous rappelle pas quelqu’un ? En tous cas, Jenifer, Garou, Florent Pagny et Louis Bertignac décrochent tous un sourire immense. Encore plus lorsqu’ils découvrent qui se cache derrière cette voix. Qui parie avec nous que la mystérieuse inconnue est Nolwenn Leroy ?

Nolwenn Leroy a-t-elle piégé Jennifer dans The Voice ? (video)
(26/02/12) La première de The Voice a eu lieu samedi 25 février. Et nous avons perdu notre pari. Ce n’est pas Nolwenn Leroy qui piège Jenifer mais une jeune femme surnommée Al.Hy qui reprend « What’s Up » de 4 Non Blondes et qui enchante le jury.

Merci @Michou59 pour l’info.

Voilà – vous savez tout des cosmétiques mais, comme moi, avec encore beaucoup à apprendre entendre d’Al.Hy.

Qui c’est ? :

Al.Hy Jnifer

Bein : elle, c’est une vraie chanteuse déguisée en Nolwenn ou une Nolwenn grimée en chanteuse – au choix.
A droite, c’est moins difficile : C’est Jenifer ~~ mais de dos 😉 Question « sexy », sa novice pourrait en prendre un peu de graine.

Sur un site en Netherlands

tenjobg2-1280_satur&gam_grn mod

on apprend (en anglais) à bien causer « djeune ».

Genre : « space adj. spécial, bizarre » et autres « kiffer » bien que même les viocs en connaissent maintenant la définition.
On est sidéré d’autre part, de voir à quelle vitesse les acacadémiciens alimentent le dictionnaire.. tous les ans, ils lui injectent quelques centaines de conneries, des centaines de mots qui viennent spécialement de nulle part. Et après ça, on t’ordonne de ne pas mettre les coudes sur table..
Et pas que des US ou d’Algérie.. même de Belgique (Ça va faire plaisir aux chtis) ! avec ce « .. je l’ai tchéké » pour : je l’ai essayé (« test »é, to check) chez Yoplait.

« Arrête de te la péter » et autres expressions comme celle-là que j’aime assez :

« Bitcher »
« Bitcher » vient du mot anglais « bitch » en anglais, qui signifie « chienne » et une femme à la vertu très limitée. « Bitcher » signifie ici « parler sur le dos des autres, faire des ragots,etc. »

Contexte: « Vivement les vacances que j’aille bitcher au soleil. C’est bon pour le teint. »

[Tags keywords Hollande, Pays Bas, panzani, look, coco, pâtes, spaghetti, gardemots]

Pas que .. & Al.Hy en hexadécimal

Le spleen d’Al.Hy : oui – la tristesse, alors là : non.. deux fois « non ».

♥ La photographe principe

d’Al.Hy : Amel Kerkeni (?), probablement .. mais pas que.

Stéphanie Volpato (FB) aussi met la main à la pâte.. d’autres probablement.

al.hy nkm 66500_296868567095639_187511453_n

M’est avis que ces (ses) photographes .. à moins que ce soit sur demande d’Al.Hy – lui font surtout un style « Photo de mariage » si tu veux// par là, je veux dire que c’est un minimum « guindé » la plupart du temps.. c’est généralement trop « posé », rares sont les photos déconnantes.
Le seules photos décontractées, (« fun » si affinité) sont due à Al.Hy, à son entourage ou aux photographes autour de The Voice.

Je ne voudrais pas être vache avec Amel ou Stéfanie, mais ces photos splendides marquent une certaine distance entre le contenant et son contenu. Je veux dire par là que les photos sont généralement très belles mais le résultat, c’est un peu comme quand on voit un défilé de mannequins en nuisettes : on voit bien les nuisettes, mais pas le mannequin.
Comment dire ?.. On fait en somme la promo de la belle photo mais « la personne » y semble très secondaire.

Dans cette photo en bleue : On voit bien une femme dans une posture grecque classique.. étrusque; c’est joli, mais moi, je n’y vois pas Al.Hy – j’y verrais plutôt Nathalie Geneviève Marie Kosciusko-Morizet (prononcer [NKM] 😉 ) Je n’y vois pas Al.Hy, j’y vois une « belle photo ».

J’entend râler d’ici : « Ouais, c’est pas sympa cette critique ». Mais détrompez-vous : ici – en quelque sorte, je fais la promo d’Al.Hy et pour que cette promo soit efficace, elle doit être appétissante, faire ressortir tout ce qui est améliorable et positif.
Pas de pubbe aux photographes – si bonnes soit-elles >> pub à à à.. Al.Hy !
Et puis : si ces photographes voulaient aider Al.Hy dans son marketing – elles lui suggéreraient (un peu) « plus sexy ». Car – même si ce style guindé colle bien aux « chansons texte », c’est pour le moins banal; la photo est bonne mais le contenu est terne.

♥ Ça y est !

J’ai enfin trouvé les couleurs d’Al.Hy.

Pour les amateurs de technique, d’HTML – la couleur violet d’Al.Hy, en hexadécimal, ça fait : font color= »AA55FF » comme on le voit si bien ici : Al.Hy en parme.
Ou, plus exactement :

103 025 134 violet x »67 19 86″ – 142 167 191 bleu x »8E A7 BF ».

On sait trouver les couleurs : avec un paintshop, outils_couleur, on passe la souris sur la couleur. Ensuite – si on y tient : on exécute une calculatrice et on converti en hexa.

Voilà pour le violet.. Là, c’est le bleu

Pas bête – Stéfanie se garde ses photos marrantes – débridées, déceintrées, pour elle même 😉

969972_517336668320058_2067042543_n

C’est pourtant simple (Maj : moules)

♦ C’est encore une combine pour – sinon :

« perdre » du poids, au moins – contrôler la façon dont on mange.

Il est des filles qui ne se trouvent pas assez anorexiques sous prétexte qu’elles auraient 2 kg à perdre.

Ici, on ne fera pas de médecine de bonne femme – que nous tomberions sous les coups de rouleau à pâtisserie et devant le juge pour exercice illégal de la médecine. Un simple petit conseil, donc, mais pourtant efficace, concernant la psychologie de la bouffe.
Je l’ai remarqué (cause à mes nombreuses heures de vol), chez les gens en sur-poids, le premier facteur (outre l’adolescence, la puberté) ce sont les habitudes familiales : des familles entières « bouffent » alors que d’autres se nourrissent tout simplement.

La plus mauvaise habitude, c’est le « manger mou » car, manger mou, c’est faire peu d’efforts pour engloutir.. c’est engloutir plus en moins de temps. Et cette recette efficace autant que simple : c’est de manger compliqué.
Le temps consacré à manger intervient beaucoup dans la satiété. Se jeter sur 300g de barbaque et l’engloutir en 2 mn, d’évidence, ce n’est pas la soluce car après il y aura les frites, les entremets , « fromages » ET desserts, alors que 60 g de crevettes grises prendront bien une demi-heure et donneront l’impression d’avoir mangé comme quatre.
Encore moins compliqué : comme dans le Chnord.. mangez forces moules – sans une goutte de graisse ! (5)

Par exemple (bien que ce ne soit de moins en moins possible pratiquement) : manger un truc léger et compliqué comme du pigeon, de la bécasse.. c’est long et peu gras.

On a déjà vu ici, que boire deux verres d’eau calmait déjà passablement l’appétit.

♦ Pratiquement,

on a par exemple ici, une recette de spare ribbs, du travers de porc mais contrairement à son nom, il est fort peu gras, long à déguster, peu riche tout bien réfléchit.
On se bat avec quatre morceaux qu’on va s’en sucer les doigts sans prendre 2 grammes. Comme c’est de la cuisine chinoise : pas de pain par dessus le marché.. remplacé par un bol de riz.

On peut réaliser cette recette simple pour impressionner ses copains.. ce n’est pas interdit.

Tu achètes du travers de porc – disons 4, 5 morceaux par personne; le moins gras possible mais ça l’est peu déjà.

Le nec, c’est de couper les morceaux en « bouchées », façon chinoise.
Tu les jettes dans un peu d’huile et fait revenir, les retournant en faisant sauter en l’air. Le mieux pour les faire « sauter » c’est d’utiliser un guo (锅) que les incultes appellent « ou’oke » ou wok, mot américain (1) qui ne convient pas à la cuisine chinoise.

Bon, le temps qu’on cause, les morceaux sont revenus, bien dorés (Plus ils sont revenu et plus ils sont vidés de leur graisse). On jette l’huile.. les graisses. On jette un peu de sucre dessus en remuant (2), quelques gouttes d’huile de sésame. Le sucre fond et colle à la viande. On jette du jiangyou (sauce de soja 酱油). On touille à feu vif – fait sauter. La sauce se transforme en miel brun brillant qui colle bien à la viande. On saupoudre d’un peu de piment de Cayenne concassé (même avec des pépins), « un peu » ! Généralement, on dit « travers .. sauce sucrée » mais sauce sucrée est un abus de langage, car après cuisson, il n’en reste plus, de sucre, il a été quasiment caramélisé.
Question sel.. pour éviter de saler : on jette une pincée de glutamate (3) qui remplace fort bien le « salé ».

Pour faire joli – à la chinoise – on coupe des cives/ciboulette chinoise, fanes d’oignon dessus et un peu de coriandre ciselée. Pendant qu’on « bouffe », les chinois sont très sensibles à la présentation, l’harmonie des couleurs – le vert des cives, ça sert surtout à ça.

Certain y mettrons un peu de miel plutôt que du sucre, d’autres de la cassonade, sucre brun.. ça ne change pas grand chose.

On a préparé du riz à l’autocuiseur : une mesure de riz (ne pas le laver) et un peu plus d’une mesure d’eau. Du « riz rond », riz de pauvre ou du riz long. Compter deux mesures de riz pour trois mangeurs normaux 😉 mais comme – cuit à l’autocuiseur, il est fameux, autant dire une mesure par personne.

Avec des baguettes (deux par personne) et voilà-voilou.

baijiu

Cette recette est pratiquement inconnue du nord de la Chine, c’est plutôt cantonnais (char siu). On ne mange jamais « vraiment » chinois en Europe, les français ne le supporteraient pas. On mange cantonnais, Taiwan, thaï, et bien sur, vietnamien.

Pour faire des « american spareribs », c’est exactement la même chose mais on remplace le jiangyou par de la HP-sauce qui contient pas mal de sucre.
On fait revenir; presque cuit, jette l’huile, saupoudre d’une pincée de sucre et on verse du HP-sauce mouillé d’un peu d’eau. On retourne plusieurs fois.
On peut préférer le BBQ si on le souhaite et s’il ne pleut pas des hallebardes.
Ah j’oubliais ! Question présentation : pour les « américain sparibbs » on ne coupe pas les morceaux, on les laisse groupés par 4/5 – une vision « BBQ » des choses. Le riz ? De l’Uncle Bens – où avez-vous la tête ?

D’évidence : pour que ça marche, il ne faut pas que cette idée ne soit exercée qu’une fois par an. Il faut que ça devienne une règle de vie.

Les « surpoids » choisiront la flotte.. ou un peu de Listel rosé. Pour les autres : on tombe d’accord sur le pinard : un rosé de Provence un Tavel ou un Tavel pour faire riche.

Un gris de Toul fera bien l’affaire aussi – quand on habite près de Toul; à boire comme un trou bien sur, sans aucune retenue. Les chinois eux, avec, boivent : rien – coutume chinoise, mais s’ils se décident à boire, ils éclusent de l’alcool de riz blanc (infect) qui titre 55 à 65°, tiède si possible. Ca fait monter la température de la conversation vers 55, 65°. A déconseiller sans lits de camps ou civières.

L’alcool de riz (baijiu), disons que ça ressemble peut être à de la grappa, du schnaps (« .. distillée à partir de céréales, de racines ou de fruits, en particulier… « , bref, n’importe quoi) ou vodak de très très mauvaise qualité, du genre qui rend aveugle rien qu’à la regarder. Ça a un arrière goût de vieux bois pourrit, pas de chêne, ça c’est sur – les chinois (et chinoises) adorent ça. Comme on le voit sur l’étiquette, celui-ci ne titre « que » 55°. 55 en chinois : ça fait « 5, 10, 5 » – 五十五 (wu shi wu).

(1) Américain d’importation Taiwan.

(2) Si on a ps de prétendu problème de surpoids, on peut en jeter généreusement.

(3) Qui n’a rien d’allergène comme le raconte les ignares.

(4) En ignorant que « la mastication » prépare la digestion.

(5) Bien que les gourmands hors surpoids, peuvent les préparer dans de la crème, oignons, ail avec deux brins de persil.
Quelques frites – c’est pas interdit : il existe des friteuses « sans huile » .. une cuillère tout au plus !

Les rapports suspects entre Al.Hy et Alceste

Parcours dans les neurones d’Al.Hy aux alentours de 2010.

Alceste est furieux parce que Philinte vient de prodiguer des marques d’amitié à un homme qu’il connaît à peine. Philinte lui rappelle les exigences de la politesse. L’opinion d’Alceste est qu’on a le devoir de dire la vérité partout et à tout le monde. Il ne voit qu’hypocrisie dans la politesse, et même dans tous les faits et gestes de l’humanité.

il aime une coquette médisante, Célimène. Alceste se calme et convient de sa faiblesse.

Elle montre à Alceste son ridicule et ses contradictions.

Trahi, Alceste veut se venger et offre son amour à Éliante,

le petit nicholas 28

Alceste a perdu son procès. Il ressent une haine de plus en plus vive contre l’humanité.

Alceste, lui, reste là, encore prêt à pardonner à Célimène et à l’épouser, si elle accepte de le suivre pour vivre avec lui à la campagne. Célimène hésite, puis refuse. Alceste déclare alors son intention de rompre avec elle et de se retirer dans la solitude.

(Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/moliere-misanthrope-resume.php#ixzz2bMac9LOc )

Dans « Le Petit Nicolas » : Alceste est « un copain qui mange tout le temps ».

L’Alceste de Molière n’est-il pas un gros naïf qui s’est trompé de société, dans le fond ? du moins : un idéaliste un peu à côté de la plaque ?
Critiquer la société a pour sens « chercher à améliorer » bien sur, mais est-ce que Molière y est arrivé ? Encore en 2013, on est en droit de se poser la question 😉
Pour changer la société, il faudrait commencer par changer l’homme (et surtout : la femme) – ce n’est demain la veille.

Dans « le cas » Al.Hy – son intérêt pour le personnage d’Alceste : s’identifie t-elle à lui ? Elle reconnait à plusieurs reprises sa verdeur, voire sa naïveté (ce qui est caractéristique qu’une jeune qui met les pieds dans la société, surtout dans les médias – bien que lorsqu’elle « choisit » Alceste, elle ne s’appelle pas encore « Al.Hy ».
Ou plus simplement : ne nourrit-elle pas de la sympathie pour un semblable ?
C’est un peu la même chose dans le fond.

Puis : « hypocrite » et « heureux » – qui sont les deux autres composant d’Al.Hy.

Pourquoi-comment ce contrepoint à « Imbécile heureux » ?
Certainement pas des qualificatifs à Alceste qui au contraire, regrette l’hypocrisie de la société et est malheureux de son amante incertaine.
Ou alors : hypocrite et « fier de l’être ». Mais dans ce cas, Ophélie ne s’identifie pas mais est critique de cette gente au contraire.

On est bien incapable d’analyser la démarche alhyenne d’autant qu’on est pas parvenu à paparazziter son « petit carnet noir », mais tout ça éclaire quand même – sinon sur les solutions, au moins sur les questions qu’à 16/17 ans, elle se posait.

La psychanalyse – déjà que je ne lui accorde que très peu de crédit ici, c’est pas le propos – mais c’est vrai qu’on traîne tous nos traumas. Moi, par exemple : je suis trop « carré ».. Quand je vois une image qui n’est pas « à la bulle » (1) que l’horizon barre en couille d’un degré, il faut toujours que je redresse l’horizontal, sans quoi, ça me provoque une perturbation neuronique.

(1) Expression en prise de vue qui a pour sens : la caméra ou l’appareil, n’était pas bien horizontal. Il y a un petit niveau à bulle sur les pieds de caméra.

N’exagérons pas non plus ..

Où on va examiner trois facteurs de « ne pas exagérer ».

Commençons par le premier (comme ça, ce sera plus simple) :

Suit une des très très très très très très très très très très très très rares photos d’Al.Hy déguisée en Play-Boy-star.
Et puis : n’exagérons-pas .. ce n’est même pas sexy sauf qu’on lui voit 2 x 20 cm2 de peau autorisé par Mary Quant.

al.hy sexy 3072529687_1_15_ep8jZWlr al.hy sexy 3072529687_1_15_ep8jZWlr frame faked

Le second facteurs de « ne pas exagérer » : comme toutes les filles qui ne sont pas anorexiques, Al.Hy se trouve « nettement trop » enveloppée..
Où on ne va pas cherche ses complexes, quand même !

Troisième facteur :

Elle a demandé au photographe (qui est une femme probablement), de lui effacer quelques centaines de grammes « superflus » pense t-elle. Alors, la photographie l’a prise en plongée nette avec un objectif de 45mm (1). Traduction : ça lui rapetisse les guibolles.
Elle lui a probablement dit : « Sois gentille.. rabote moi quelques kilos ». D’où la prise de vue en plongée amaigrissante qui pourtant n’a pas lieu d’être.. qu’on voit sur le fake (rétablissant les vraies proportions alyennes) qu’elle n’a pas besoin de ça !

The Voice : probablement, mais si Ophélie avait fait un casting à ‘Tous différents », sur qu’elle aurait été refoulée – les casteurs auraient rigolé.

La plongée est anti-sexy et par conséquent contre-productive – 😉

On aurait pu faire la vengeance de la prudité d’Al.Hy et de ses photographes en donnant un coup de GIMP ou PhotoShop à tout ça .. mais bon, on est pas des sauvages – non plus mais avoue que ça aurait quand même plus de gueule.

al.hy sexy 3072529687_1_15_ep8jZWlr faked

Al.Hy est bien une fille, vas.

Même quand on fait chanteuse à texte.. quand on est gironde, pourquoi le cacher ?

Bon – c’est vrai que la chanson et le ciné, c’est pas la même cible et que les filles au ciné, on plutôt intérêt à vendre leurs aventeges mais ça n’empêche que même des mecs aiment bien Al.Hy si tu vois.
On a vu des « soubrettes » sexy pire que ça !!

On peut aimer les jolies Al.Hy sans pour autant être un pervers.. tiens, en voilà une – histoire de vrai pervers :. Dans le métro bondé, un vicelard met la main aux fesses d’une fille.. la fille lui file un tarte et le mec lui jette : « Vous l’avez bien mérité mademoiselle » et se drape dans sa dignité. Alors que – bien sur, c’était lui le fumiste, mais la demoiselle – rouge comme une écrevisse, descendit à la station suivante. Ainsi : ce saligaud avait trouvé, usiné – sa dialectique de pervers jusqu’à se faire un lexique de « quoi répondre au cas où » !!

[Tags Keywords perspectives ]

(1) ou même plus courte.