« Ah si j’étais ri-cheu ♫ « 

Pour échapper à ces crapules vendeurs de ronds en plastique dans un boitier et une jaquette.. échapper aux argentiers MGM, Univer sale ou autres – le mieux est encore de promouvoir la vente en ligne iTune ou My Maajor Compagny (1)(2).
Sur un CD à 15/20 euros, cette crapule se réserve quand même 90%.. c’est cher le plastique !!

Combien peut-bien toucher un artiste – à vue de nez ?
C’est compliqué bien sur car les intervenants peuvent être nombreux.. impliquant un partage du maigre gâteau (pour les principaux intéressés !) entre « reprises », auteur, interprète, fabrication, production souvent fruits de protocoles ..

Là, on a un article chartsinfrance qui donne des idées :

quinquabelle

« Le téléchargement est surtout utilisé pour des achats de single » confirme Claire Giraudin, en prenant l’exemple de la plateforme iTunes. La Sacem, notamment garante du respect et du reversement des droits d’auteurs, explique percevoir « entre 90 centimes et 1,10 euros, soit 9% du prix hors taxes sur un CD de quinze titres » acheté sur la plateforme Apple. « Par titre vendu, la Sacem perçoit 7 centimes d’euros au total pour le ou les auteur(s), le ou les compositeur(s) et le ou les éditeur(s) », sachant qu’un morceau unique coûte généralement 99 centimes au consommateur. Quant à l’interprète, on estime qu’en moyenne 2 centimes lui reviennent [..]
Invité
le 02/12/2011, 15:58

Si je peux me permettre, la Sacem ne rémunère pas les interprètes, uniquement les auteurs compositeurs et éditeurs.. donc ce que perçoivent les interprètes leur est versé en vertu du contrat qui les lie à leur label.. et par leur label.

Encore (en 2006) :

Les interprètes qui sont liés à leur producteur par un contrat d’exclusivité traditionnel reçoivent à ce titre deux revenus principaux : les cachets d’enregistrement, dont les niveaux restent très bas et – pour les artistes principaux – les royautés (pourcentage) sur les ventes de leur disque et sur les utilisations secondaires de leur travail.
En moyenne, pour un album de variété française, l’interprète principal reçoit des royautés qui correspondent à 4 % du prix de vente TTC au public soit moins de 60 centimes d’euro par CD. Ces royautés doivent être partagées entre les artistes s’il s’agit d’un groupe.

Note sur l’illustration : elle renvoie au site d’une quinqua « quinquabelle, bourré de splendides images.

(1) Dont un des fondateurs est – comme par hasard : Michael Goldman.

(2) Et de trouver un moyen de régler une fois pour toutes cette question de « piratage ».

[Tags Keyword eMule, HADOI]

Peut-on être alhyiens sans tout gober pour autant ?

Quelques réflexions sur cet excellent blog des Alhyiens.wordpress :

*** Elisa | 13/05/2012 à 18:53
Al.Hy c’est une musicienne, chanteuse en Or, elle sait se réapproprier les musiques c’est trop bon ! Sérieux on s’en fout qu’elle n’ait pas gagné [..]

*** Marion | 13/05/2012 à 23:10
Al-Hy est arrivé troisième mais elle est première dans le coeur des Al-Hyiens ♥ 😉 _ TF1 a préféré éliminer l’originalité, la beauté, la pureté, qui font tant défaut à certain mais dans ce type d’émission c’est souvent comme ça on a pour habitude de sacrifier le meilleur ou le plus talentueux en trafiquant les votes et une fois de plus manipuler les téléspectateurs les plus naïfs à leur guise tous ça pour le rendement, les bénéfices, bref on peut dire que le gagnant est plus choisit par la prod que par le public et faudrait être stupide pour ne pas le voir –’ [..] ♥

*** nouknouk | 01/06/2012 à 15:33
Al-hy est une chanteuse hors pair,elle a énormément de personnalité,une voix hors du commun et en plus quand elle chante elle dégage une sensibilité impressionnante.Certains artistes de THE VOICe quand ils chantaient, faisaient juste du copier coller,alors qu’Al-Hy elle,elle vie c’est chanson et les interprète a sa façon. Elle ne chante pas bien,elle chante extraordinairement bien!!!

On est pas tout seul à le dire.