Blanche

Al.Hy a bien la peau blanche.. bien que.

Quand je l’ai vue pour la première fois, dans The Voice, je me suis dit « Tiens, une belle rouquine » eh bein non.
C’est une (belle) brune – elle peut donc aller à la plage de Beurk-plage.. elle bronze pas moins pas plus que toi ou moi, alors que les pauvres rouquines se confondent vite avec les crustacés cuits et autres « fruits de mer ».

D’où m’est venu cette erreur tragique de croire à une rouquine ?
C’est simplement du à l’éclairage sur les plateaux télé.
A l’époque du noir et blanc, le chef opérateur (le type qui décide de la qualité, du rendu de l’image), était obligé de faire les pieds au mur en jouant avec les ombres pour chiader une image. Puis est arrivé la couleur. Maîtriser la couleur, ce fut une autre paire de manche : fini de modeler les ombres car il fallait tenir compte d’un énorme paramètre, c’est que – selon que l’éclairage était « néon », intérieur ou extérieur, il fallait se battre avec « trop verte » ou « trop d’orange », puis – se battre à l’étalonnage.
La télé a permis de s’affranchir un peu de cette balance des couleurs, grâce au numérique mais pour ce qui est des plateaux télé – surtout quant il y a beaucoup de monde, d’accessoire, pour éviter les ombres multiples et incontrôlées, on « arrose » de lumière à l’excès; l’image se sature de couleurs, elle devient « plate » mais suffisante.. on ne parle plus de belles images, de qualité – on se suffit que ce soit homogène.

C’est ainsi qu’Al.Hy, les cheveux quasi roux sous les spots, et la peau claire, nous faisait tout l’effet d’une rouquine.

Publicités