Nouilles « sèches » (Maj)

aubergines chinoises 2

Eh oui : en Chine, quand tu veux des nouilles, il faut préciser « sèche » (干 gan, qu’on prononce à peu près « canne » (1)), c-à-d : je ne les veux pas dans de la soupe. Car elles sont habituellement servies ainsi.

A Shanghai et sa région, il y a une recette de nouilles à l’aubergine (茄子 qiezi).
Vous allez dans une épicerie chinoise car vous ne trouvez ces fines et longues aubergines que là. Plus fermes car elles n’ont pas encore gonflé, elles ne sont pas spongieuses.

On prépare des nouilles de riz (plutôt plates) et on tranche les 3 ou 4 aubergines en grosses rondelles (2 cm).

On les fait revenir dans une huile quelconque qu’on jettera (2).. on arrose largement de sauce soja (酱油 jiangyou – celle de cuisine (3) qui est plus épaisse, pas celle de table) et on touille, fait encore un peu revenir.

Quand ça a une bonne tête, on mélange – touille avec les pâtes ou dépose sur les pâtes – c’est prêt.. à cela près qu’on jettera un peu de cives ou fanes de petits oignons émincées.. un peu de coriandre fraîche aussi (S’il n’y a pas de coriandre.. c’est pas chinois !)
Les chinois sont très sensibles à la présentation.. même en famille – avec du « brun », on met du rouge ou du vert ! Avec du jaune : du rouge ..

Avouez qu’on ne peut guère se régaler plus simple !

Léger et joliment végétalien.. les « non végétariens » – comme moi, ajouteront 50 g de boeuf émincé.
30 à 60 g de viande, c’est la « ration » chinoise ordinaire – tandis que la notre, c’est de 200, à 280 ! par repas !

Un épisode d’une série phare en Chine pour ceux que ça intéresse et après une pubbe merdrique, c’est « Que du bonheur ».. mais façon chinoise ! Et puis – on voit comment vit une famille de la classe moyenne.. comme chez nous – sauf que les chinois ont cette détestable habitude de pas bien parler le français comme nous :

jia_1

La Chine est plus grande que l’Europe, la Chine n’est pas un simple « pays » puisqu’elle est 17 fois la France (23 fois la population); alors, ne cherchez pas des nouilles shanghaiennes à Pékin – ce serait comme croire que la paella est le plat national norvégien 😉

(1) 干贝 ganbei (sec verre) ; cul sec !!

(2) Sauf huile d’olive – il n’y a pratiquement pas d’olives en Chine.

(3) 烹调 pengtiao : cuisine, cuisiner

Publicités

Camelotte

Ou plutôt « Kaamelott« .. c’est vrai que lorsqu’on regarde un épisode de cette série d’inspiration anglo-saxonne pour la première fois, on se dit que ça ne vole pas loin.. et puis on s’habitue.

kaamelott anne girouard

Passé quelques épisodes et si on se penche sur la ligne directrice de cette série, on finit par observer qu’il s’agit d’une sorte de télé-réalité sans début et sans fin – comme tous les reality-shows.. chaque épisode un peu relié au précédent et suivant – dérogeant donc aux trois règles de la théâtrologie classique ou trois phases aussi (1) qu’on retrouve en littérature et même dans presque toutes les formes d’expressions artistiques (2).

Mais à l’usure, on se prend au jeu.. on savoure les jeux de mots, les savoureuses insinueries, l’aspect irréel et surréaliste de tout ça. Appuyé par d’excellents acteurs (Série d’Alexandr Astier, avec cette superbe nunuche de Anne Girouard.
Ça change des séries vampiresques qui vraiment, ne me branchent pas.

Bref – quand je ne suis pas à jour de Télérama, c’est instinctivement sur Kaamelott que je me branche.
Sans compter la richesses des décors, de la mise en scène.. même si on est pas à un déconnage historique près.

(1) Début : présentation, milieu : développement, fin, conclusion : généralement moralisante – à valeur d’exemple.

(2) Voir Vladimir Propp à ce titre.

« Bonne présentation exigée »

un gars une fille 2

A droite, c’est Alexandra Lamy dans « Un gars, une fille » avec Jeanjean bien connu (C’est d’ailleurs « Un gars, une fille » qui l’a fait sortir de l’ombre).

Où on voit comment l’angle de prise de vues, la focale de l’objectif (« normal » ou grand-angle) – agissent sur l’impression qu’on se fait d’un comédien, d’une personne médiatisée.
On dirait qu’elle a des cuisses d’athlète alors qu’ailleurs, elle est même minimum sexy.

La « plongée » défavorisant, dévalorisant le personnage alors que la contre-plongée avantage sérieusement les filles en valorisant, donnant de l’importance à leurs guibolles.

.. à César, ce qui .. & Al.Hy trop honnête ?

ci, sur (Al.)Hypheurite.wordpress … je fais la chasse aux photos (petites & « grandes »), d’Al.Hy. Soit pour faire découvrir Ophélie et Al.Hy à ceux qui la connaissent peu ou pour ceux qui souhaitent se faire un book « collector » en présageant qu’une star est née.
Je fouille partout.. dans les greniers, même les « Copains d’Avant le Déluge », mais je dois bien l’avouer : j’use et re-use de AlHy.Skyrock qui a été 50% de mes source.
Je ne vole pas sans conserver et manifester le copyright © quand il y a lieu.. le nom du photographe et toujours, le nom du fichier est relayable à sa source (survol de la souris sur l’image).. beaucoup d’images SUR skyrock ne sont pas DE skyrock; skyrock lui même « collecteur » d’images en somme.

L’épopée The Voice sur Skyrock fut une grande chose mais avec quelques ratées.. comme par exemple ce « sous-skyrock », cette ramification : sofienerock76.skyrock.com ou j’étais passablement gavé, un peu agacé par une forme de manque de prise au sérieux. Je veux dire que sur Skyrok, les débuts d’Al.Hy sont présentés sur le style « Destin de Lisa » ou encore « Blanche Al.Hy et les 7 nains ». au moins une dizaine de pages – une centaine d’articles, sont enrubannés, surchargés d’images gif animées de gros coeurs qui palpitent d’étoiles ze diamants.. niveau gamin de 13 ans; c’est presque puéril.
Si c’est gentil au début, ça fini par fatiguer.
Voilà l’intérêt que je trouve à hypheurite.wordpress : c’est la présentation nette, claire, précise sans fioritures.. Al.Hy est une ‘grande personne » en somme.
Ce n’était pas méchant bien sur – au début ça part d’un bon sentiment « al.hyens », mais à la longue, ça fait un peu cour de récréation. A mon sens : ce romantisme de quatre sous me semble plutôt desservir Al.Hy qui maintenant, est en « voix » de « professionnalisation ».

Al.Hy elle même, finit par exprimer cette idée avec d’autre mots :

sr1

Où on voit qu’Al.Hy, contrairement au parterre de lèche bottes médiatiques habituels, ,’ a pas sa langue dans sa poche.

sr2

On voit, sur cet écran de clôture – combien l’ancienne Ophélie en culottes courtes, tient à ce que l’on ne voit plus d’elle, qu’une professionnelle – Belle, posée, qualitative – prête à entrer dans l’arène et rivaliser avec les meilleures du toppe Ten.

.. avec cette sibylline profession de foi : « Tou(te)s seul(e)s au monde » – un des douze morceaux d’Al.phabête – l’album actuemllement sous presse.

« .. la plateforme Skyrock ne me plait plus du tout »
Le milieux du spectacle est fait – d’un côté de hyènes, argentiers, de l’autre : lèches bottes et autres promos canapé.. on ne peut pas dire qu’Al.Hy fayotte des amis mais au moins, elle ne cache pas son sentiment. Preuve en est qu’elle s’y est déjà frotté à ce « spectacle à la Patrick Bruel » et que les cartes qu’elle joue ne sont pas les mêmes.

C’est pourtant simple (Maj : moules)

♦ C’est encore une combine pour – sinon :

« perdre » du poids, au moins – contrôler la façon dont on mange.

Il est des filles qui ne se trouvent pas assez anorexiques sous prétexte qu’elles auraient 2 kg à perdre.

Ici, on ne fera pas de médecine de bonne femme – que nous tomberions sous les coups de rouleau à pâtisserie et devant le juge pour exercice illégal de la médecine. Un simple petit conseil, donc, mais pourtant efficace, concernant la psychologie de la bouffe.
Je l’ai remarqué (cause à mes nombreuses heures de vol), chez les gens en sur-poids, le premier facteur (outre l’adolescence, la puberté) ce sont les habitudes familiales : des familles entières « bouffent » alors que d’autres se nourrissent tout simplement.

La plus mauvaise habitude, c’est le « manger mou » car, manger mou, c’est faire peu d’efforts pour engloutir.. c’est engloutir plus en moins de temps. Et cette recette efficace autant que simple : c’est de manger compliqué.
Le temps consacré à manger intervient beaucoup dans la satiété. Se jeter sur 300g de barbaque et l’engloutir en 2 mn, d’évidence, ce n’est pas la soluce car après il y aura les frites, les entremets , « fromages » ET desserts, alors que 60 g de crevettes grises prendront bien une demi-heure et donneront l’impression d’avoir mangé comme quatre.
Encore moins compliqué : comme dans le Chnord.. mangez forces moules – sans une goutte de graisse ! (5)

Par exemple (bien que ce ne soit de moins en moins possible pratiquement) : manger un truc léger et compliqué comme du pigeon, de la bécasse.. c’est long et peu gras.

On a déjà vu ici, que boire deux verres d’eau calmait déjà passablement l’appétit.

♦ Pratiquement,

on a par exemple ici, une recette de spare ribbs, du travers de porc mais contrairement à son nom, il est fort peu gras, long à déguster, peu riche tout bien réfléchit.
On se bat avec quatre morceaux qu’on va s’en sucer les doigts sans prendre 2 grammes. Comme c’est de la cuisine chinoise : pas de pain par dessus le marché.. remplacé par un bol de riz.

On peut réaliser cette recette simple pour impressionner ses copains.. ce n’est pas interdit.

Tu achètes du travers de porc – disons 4, 5 morceaux par personne; le moins gras possible mais ça l’est peu déjà.

Le nec, c’est de couper les morceaux en « bouchées », façon chinoise.
Tu les jettes dans un peu d’huile et fait revenir, les retournant en faisant sauter en l’air. Le mieux pour les faire « sauter » c’est d’utiliser un guo (锅) que les incultes appellent « ou’oke » ou wok, mot américain (1) qui ne convient pas à la cuisine chinoise.

Bon, le temps qu’on cause, les morceaux sont revenus, bien dorés (Plus ils sont revenu et plus ils sont vidés de leur graisse). On jette l’huile.. les graisses. On jette un peu de sucre dessus en remuant (2), quelques gouttes d’huile de sésame. Le sucre fond et colle à la viande. On jette du jiangyou (sauce de soja 酱油). On touille à feu vif – fait sauter. La sauce se transforme en miel brun brillant qui colle bien à la viande. On saupoudre d’un peu de piment de Cayenne concassé (même avec des pépins), « un peu » ! Généralement, on dit « travers .. sauce sucrée » mais sauce sucrée est un abus de langage, car après cuisson, il n’en reste plus, de sucre, il a été quasiment caramélisé.
Question sel.. pour éviter de saler : on jette une pincée de glutamate (3) qui remplace fort bien le « salé ».

Pour faire joli – à la chinoise – on coupe des cives/ciboulette chinoise, fanes d’oignon dessus et un peu de coriandre ciselée. Pendant qu’on « bouffe », les chinois sont très sensibles à la présentation, l’harmonie des couleurs – le vert des cives, ça sert surtout à ça.

Certain y mettrons un peu de miel plutôt que du sucre, d’autres de la cassonade, sucre brun.. ça ne change pas grand chose.

On a préparé du riz à l’autocuiseur : une mesure de riz (ne pas le laver) et un peu plus d’une mesure d’eau. Du « riz rond », riz de pauvre ou du riz long. Compter deux mesures de riz pour trois mangeurs normaux 😉 mais comme – cuit à l’autocuiseur, il est fameux, autant dire une mesure par personne.

Avec des baguettes (deux par personne) et voilà-voilou.

baijiu

Cette recette est pratiquement inconnue du nord de la Chine, c’est plutôt cantonnais (char siu). On ne mange jamais « vraiment » chinois en Europe, les français ne le supporteraient pas. On mange cantonnais, Taiwan, thaï, et bien sur, vietnamien.

Pour faire des « american spareribs », c’est exactement la même chose mais on remplace le jiangyou par de la HP-sauce qui contient pas mal de sucre.
On fait revenir; presque cuit, jette l’huile, saupoudre d’une pincée de sucre et on verse du HP-sauce mouillé d’un peu d’eau. On retourne plusieurs fois.
On peut préférer le BBQ si on le souhaite et s’il ne pleut pas des hallebardes.
Ah j’oubliais ! Question présentation : pour les « américain sparibbs » on ne coupe pas les morceaux, on les laisse groupés par 4/5 – une vision « BBQ » des choses. Le riz ? De l’Uncle Bens – où avez-vous la tête ?

D’évidence : pour que ça marche, il ne faut pas que cette idée ne soit exercée qu’une fois par an. Il faut que ça devienne une règle de vie.

Les « surpoids » choisiront la flotte.. ou un peu de Listel rosé. Pour les autres : on tombe d’accord sur le pinard : un rosé de Provence un Tavel ou un Tavel pour faire riche.

Un gris de Toul fera bien l’affaire aussi – quand on habite près de Toul; à boire comme un trou bien sur, sans aucune retenue. Les chinois eux, avec, boivent : rien – coutume chinoise, mais s’ils se décident à boire, ils éclusent de l’alcool de riz blanc (infect) qui titre 55 à 65°, tiède si possible. Ca fait monter la température de la conversation vers 55, 65°. A déconseiller sans lits de camps ou civières.

L’alcool de riz (baijiu), disons que ça ressemble peut être à de la grappa, du schnaps (« .. distillée à partir de céréales, de racines ou de fruits, en particulier… « , bref, n’importe quoi) ou vodak de très très mauvaise qualité, du genre qui rend aveugle rien qu’à la regarder. Ça a un arrière goût de vieux bois pourrit, pas de chêne, ça c’est sur – les chinois (et chinoises) adorent ça. Comme on le voit sur l’étiquette, celui-ci ne titre « que » 55°. 55 en chinois : ça fait « 5, 10, 5 » – 五十五 (wu shi wu).

(1) Américain d’importation Taiwan.

(2) Si on a ps de prétendu problème de surpoids, on peut en jeter généreusement.

(3) Qui n’a rien d’allergène comme le raconte les ignares.

(4) En ignorant que « la mastication » prépare la digestion.

(5) Bien que les gourmands hors surpoids, peuvent les préparer dans de la crème, oignons, ail avec deux brins de persil.
Quelques frites – c’est pas interdit : il existe des friteuses « sans huile » .. une cuillère tout au plus !

Tendance en deux lignes (En 28 mots, très exactement)

A Saint-Trop, le mono n’a plus la cote.. les filles remettent « le haut ».

Il n’y en a plus que deux sur dix à tomber le haut.

(Source FR3 19:45)

BACON-BRA-pic-1

Passé ces 28 malheureux mots.. qui devrait nous attrister, mais en fait – c’est tout le contraire. On ne retournera pas le couteau dans ces poitrines qui feraient mieux de se cacher – on dira plutôt qu’une demoiselle, c’est un peu comme un cadeau.. la présentation, l’emballage compte autant que son contenu.
Et puis : ça permet de rêver.. la mode, ça sert à ça : cacher dans l’espoir de mieux « mater », se rincer l’oeil; c’est de que nous dictent nos hormones.
On a jamais sifflé une fille en mono sur la plage alors qu’une nana qui sait un peu y faire – incite à rêver de voir ce qui se trame « sous les jupes des filles ».. incite à s’extasier – en le manifestant bruyamment !

Les filles qui n’aiment pas qu’on les siffle :

  • les thons – elles sont moches (elles ne risquent rien); on les remarque surtout car elles détestent qu’on siffle les autres !
  • moches et ne savent pas se rendre mignonnes (sachant qu’une demoiselle ordinaire peut se faire craquante si elle le veut – en trois coup de cuiller de rouge à lèvres.
  • féministes – donc moches (mal bai..ées) qui ne savent pas se rendre ..
    .
    Pour notre bonheur : « restent » les autres.. celles qui ont de l’humour 😉 En Chine – il est une mode qui transforme les laiderons en petits lots. La soluce, c’est d’enfiler une jupette très courte par dessus un jean.. sans jean : se serait on ne peut plus provoquant; elles ne montrent strictement rien (surtout pas ses rondeurs), mais le résultat est toujours bluffant.
    En fait : c’est de l’érotisme qui ne dit pas son son nom – on se ballade avec une jupette raz duc.. que chaque jeune a déjà maté sur les sites spécialisés – gardé en mémoire profonde, mais on la met PAR DESSUS un jean !

    Voyez.. on en revient toujours à l’ « emballage » 😉

    Note sur l’illustration : Bacon Bra, il s’agit d’un soutif comestible.

  • Comme tous les terriens, vous rêvez d’apprendre le ukulélé & Même les filles moches sont jolies

    Phase 1.

    Ne cherchez plus – hypheurite.wordpress, qui nourrit autant le corps que l’esprit a trouvé la solution; le professeur idéal en Kate Micucci. La preuve :
     

     
    Ce qui est amusant aussi dans ce clîp, c’est cette merdique poursuite, pano droite gauche et inversement.. trop nul à yache.
    Vous trouvez que Kate semble sortir de ce film torride « Delicatessen« .. plein de petits monstres ? détrompez-vous.
    Si elle semble assez défavorisée, ce n’est pas par la nature, c’est par le maquilleur de « Scrubs » et par l’objectif de la caméra qui est une focale assez courte (Sauf que – vu la longueur de son nez : vaut mieux passer par derrière pour l’embrasser sur les deux joues, ), la preuve :

    kate-x2-8

    Hautes comme trois pommes en tout – bien sur, ce n’est pas une bunny, pas Britney Spire, mais elle est mignonne, gentille frimousse expressive et des poumons tout à fait convenables. Comme on le voit : la contre-plongée lui va assez bien.
    Kate Micucci use même de son côté « ordinaire » la coquine .. sur cette chaîne US, elle se dit spécialiste es châteaux de sable.

    Pour faire marcher cette magie du ciné, on a aussi besoin de gens ordinaires, même très ordinaires (1) Bon, on ne parle pas du type de droite – lui, c’est vraiment un cas – avec ou sans maquillage.

    « Moches » peut-être pas (Sauf Sallie Ford, quand même), mais disons : « Même les filles ordinaires » sont jolies.
    C’est souvent question de présentation et surtout : de l’idée qu’elles ont d’elles-mêmes qu’elles projettent vers leur entourage. Quand tu as 23 complexes idiots, tu ne sors plus en boite et risque de laisser bonbon aux charcutiers en tous genres.

    Le challenge étant : s’accepter tel/telle qu’on tel qu’on « naît » ou plus exactement : telle qu’on est.

    mederic7

    Des gens que la nature n’a pas trop bien servi deviennent pourtant même parfois des « caractères », voire vedettes au cinéma.

    Voyez par exemple Alyson Hannigan dans « How I met your Mother » ou « Le destin de Lisa » (série allemande vers le 6h du matin qu’elle est tellement « moche »; c’est une Alexandra Neldel grimée bien sur d’un barre de ferraille orthodontique .. mais ce personnage de « fille » ordinaire est pourtant tout à fait indispensable aux sitcoms pour capter l’attention de votre fille ou de la mienne. Alex quand même un peu moins plusse pire qu’ Ugly Betty – « Betty Suarez » ( America Ferrera ) qu’on sait pas où c’est le haut où est le bas, que même on prend son avant pour son derrière.. n’exagérons pas.

    Et même les pubs raffolent de jeunes filles ordinaires – soit, mais tellement craquantes au final.

    kate-draw2

    Une petite dernière pour la route, vas !..

    Perso msg fer Kate : msg start : Whata pitty, nice & cute gal Kate, I’m living in Paris (the real one, not the boring « Texas » one). Waitin’ U in Paris Olympia as soon as possible ~~ 😉 STOP msg endup 29 words, 2 signs ignored. Cash 1,29 USD

    (1) Quand même pas comme dans « Delicatessen » – là c’était un cas particulier !