A jeter

En fait : « rien à jeter », quand on regarde cette nouvelle pub H&M – avec Gisele Bündchen.. ça change de Beyoncé qui fait un peu « tas de barbaque » à côté, avoue.

.
Rampage dit « Supermodel » Gisele Bundchen.. mouais, c’est à peu près tout à fait ça. Elle n’est pas déplaisante qu’on dira : pas un look bimbo gonflée silicones.. juste de la viande, mais que dans le filet.

Idéale pour les pubs « hors d’âge » : les jeunes rêveront de lui ressembler et les vieilles se diront : « J’étais un peu comme ça ».
C’est vrai qu’H&M fait dans un créneau particulier : mettre le top mode à la portée des petits budgets Comme « Revlon » dans le cosmétique si tu veux.

gisele-bundchen-usernetsite.com_ (1)

Fille d’ancien nazi exporté vers les Amériques du Sud ? Drôle de pedigree, Gisèle – d’abord : elle a un prénom magique, longtemps délaissé mais qui revient en trombe à cause des redites de l’opéra :

Giselle, ou les Wilis – Créé à Paris le 28 juin 1841 à l’Académie royale de musique devenue l’Opéra de Paris, Giselle reprend le thème traditionnel de l’amour plus fort que la mort qui … fr.wikipedia.org/wiki/Giselle,_ou_les_Wilis

Côté pedigree de Gisèle toujours :

Since 2004, she has been the highest-paid model in the world, and is the sixteenth richest woman in the entertainment industry (as of 2007).[11] In 2012 she placed first on the Forbes top-earning models list, estimated to have earned $45 million in one year.[12] From 2000 to 2005, Bündchen was in a much-publicized relationship with American actor Leonardo DiCaprio.[13]

En somme : dans la vraie vie, elle ne porte probablement pas de H&M !

Nul doute que H&M a fait un gros chèque.. avec beaucoup de zéros.
Elle a un nom bizarre aussi : on la voit plutôt nordique ou allemande.. « Bündchen » avec un umlaut sur le « u », alors qu’elle est à 11.000 km de là.. is a Brazilian fashion model and occasional film actress and producer. Cherche pas à comprendre.

Ici, le petit making-off; là : le full making-off, « assez marrant » dit Musique de Pub

Un sacré morceau cette giskette.

Sur une zique de « The King » : All Day and All of the Night, que les moins de 20 ans ne peuvent .. qu’elle chante soi-même.

Ne clique pas dessus.. c’est juste pour la belle image :

Bündchen-gisele-bundchen-27935253-1600-1200
.
Encore : voyez combien la contre-plongée photo, favorise les nanas.

La tablette s’essoufle

seulement après 3 ans.

Même Brice – pourtant au top des technologies, a décidé de refourguer la sienne.

L’intérêt : aucun.
Du moins : comparé aux inconvénients –

  • Faible autonomie.. à moins de garder ton alim dans ta poche.
  • Pas de lecteur de DVD. Comme ça, tu es obligé de racheter de films que tu as regardé 20 fois à la télé. Deezer, iTunes – ça fini par coûter bonbon.
  • Une tablette ne tombe qu’une fois (et c’est si facile quand tu coures pour attraper le bus. Changer la matrice revient plus cher que la tablette.
  • Surface de la matrice rikiki dès qu’on regarde à deux.
  • Pseudo clavier tatillon.
  • Bon – c’est pas rédhibitoire mais passé l’effet de mode : peut mieux faire.
    On dira que ce n’est qu’une étape dans l’évolution des technologies.. en attendant de voir ses mails dans ses lunettes.
    Pour une informatique personnelle qui est tout juste sortie de l’oeuf voilà 37 ans – vers 1975.

    C’est vrai que tu peux bien mettre une 15 aine de films avi sur ta clef 12 gigas, 30 à 40 ! au format .rmvb (Easy RealMedia Producer) ..

    Pour l’instant, il y a nombre de solutions intermédiaires – des mini laptops « netbook » à moins de 100 euros, des machines complètes, robustes entre 8 et 12h d’autonomie ! Certains avec DVD et 1 téra !! (199 à 300 euros).

    Un été – deux succès

    Chaque été, on a droit à une « Lambada » plus ou moins quelconque.
    Cette année, on a (heureusement) droit à :

    Emily Ratajkowski toujours prête à nous en boucher un coin.

    Made by Robin Thicke « Blurred Lines ».

    Là c’était l’origénial.. sachant qu’il a été repris, pour notre plus grand plaisir par BeatsPill.. le « scénario » et la plastique d’Emily reprogrammée..

    C’est assez rare pour le noter : que des musiques soient utilisées pour vendre est une chose mais qu’un clip soit « retourné » pour le compte d’une pub n’est pas si fréquent.

    Là – c’est une version BeatsPill spéciale communauté black.

    Ici – en cadeau : le même pub Boulanger, mais censurée pour cause d’une Emily Ratajkowski (presque) complètement à poils.

    Notes techniques : avec difficulté, on a chargé ce fichier censuré mais qui se vend sur certains sites – la question n’est pas vraiment là. La question, c’est que ce fichier pèse 15M octets .flv et en tentant de le convertir (avec « Super », Easy RealMedia Producer, AVSVideoEditor, Freemake Video Converter, Videolan VLC etc) – le résultat .mpg ou .avi est un petit fichier d’introduction d’ 1,5M qui contient visiblement un piège qui empêche recopie et conversion.
    Bref : on ne peut ni le télécharger, ni le convertir.. on ne le retrouve pas pas dans le cache internet.. mais les « amateurs » peuvent l’acheter. En « somme », elle n’est pas vraiment censurée, mais elle à un prix !.;)

    En fouillant bien : il y a quand même probablement une soluce sous PC – c’est de capturer ce qu’on voit à l’écran avec le petit logiciel CamStudio ou autre. Après, on recadre avec un VirtualDub quelconque. Sous Mac OS, je ne sais pas – où on passe à la caisse iTune ou alors.. il doit bien y avoir un truc

    Le second succès – enfin, il voudrait bien, c’est Sébastien Patoche avec son titre phare et bruyant : « Quand il pète, il troue son slip ».
    On est même pas certain que ça beuze dans les campings.. dans les colos, peut-être ? ou chez les routiers pour se tenir éveillés au volant.