Lilly et cœtera ..

D’abord :

Je ne sais pas à quel hauteur, mais Lily and the pricks est un groupe de couple qui – entres autres, produisent Al.Hy

Lilly Wood and the Prick (stylised as Lilly Wood & the Prick) is a French alternative, pop and folk duo established in 2006 by Nili Hadida and Benjamin Cotto when they met in a café and decided to collaborate on writing songs together.
After collaborating on a number of songs. In 2008 they made a cover of « L.E.S. Artistes » from Santogold. They also met guitarist Pierre Guimard who heard their songs on Myspace and offered to work with them and opened his studio for production of their work.
2008 saw release of their track on a compilation entitled Folk & Proud followed by in 2009 the EP of the duo Lilly Who and the What? referring to the stage name of the duo. It was released on Choke Industry independent label founded by Pierre Guimard and by Matthieu Tessier, the duo’s manager. After 2009, they signed with another independent label called Cinq7.[1]

Des french qui chante anglois.

Pierre Guimard aussi « fait partie » de la production et pour « presser » tout ça, il y a bien sur Universal Records label « Mercury ».

Mais quand on voit le résultat de ce ramassis de « production », je dirais : pourrai mieux faire.. le résultat n’est pas là.
Al.Hy dit « Je m’en fous, ça me va très bien ».. qu’on la croit qu’à moitié quand on la sait débordante d’ego..

Al.Hy déborde de près de 300 « add » FaceBook, une pile de contact collectés pendant ses humanités à
EF2M
(Paris, Marseille, Tourcoing ..) un book gros comme ça collecté durant The Voice et pièces rapportées genre « Patrick Bruel » probablement, mais rien n’y fait. Comme les poètes, Al.Hy est elle une chanteuse vraiment maudite ?

Les « maudits » sont les meilleurs remarque.

Vas comprendre.

Page ontologique (Maj)

C’est c*n de vouloir vivre le plus vieux car quand tu entres enfin dans le Livre des Records, t’es mort.
Et tu peux pu t’en enorgueillir.

Comme quoi : c’est plutôt bien qu’Al.Hy use son égo maintenant car à chanter et surtout : jouer de la harpe pour l’éternité au Paradis, ça doit être on ne peut plus ch*ant.

Véronique Oliver story (Même les chtis peuvent le faire !)

J’ai un peu la honte.. On se croit cultivé parfois – on apprend une page du Larousse, par coeur, tous les jours et : « Paf ! », un truc qu’on sait pas !

Depuis l’inénarrable « Fille paumées et cheveux gras » (ou un truc comme ça), on se demandait.. et puis, une récente pubbe le réutilise. On fouille quand même le net avant de LA trouver.. c’est Véronique Olivier bien sur ..
On était dans l’ignorance la plus complète et le voile se lève.. sur Véronique Oliver. Voyez plutôt :
 
magazine 60 veronique oliver 4
 
Le premier album simplement intitulé « Magazine 60 », sort en 1981 chez Barclay Records. Il se classe dans le Top Ten et se vendra à plus de 260 000 exemplaires sur toute la France, dont plus de 100 000 exemplaires sur les seuls départements du Nord et du Pas de Calais : du jamais vu. Seront également écoulés 380 000 45 tours. Devenu disque d’Or, la promotion, les télés, radios et galas s’enchainent..

Au fait : ce morceau de culte se prénomme « Don Quichotte » (No estan aqui) et pas « Borriquito como tu » comme on pourrait confusionner.

Deux autres versions.. la troisième.

Comme quoi les ch’tis les pieds dans la flotte, peuvent fort bien passer pour des andalous.
Cette zique est utilisée en ce momment pas SoSH « Wifi party » Orange.

Sur bide-et-musique.com : des commentaires dont on partage volontiers l’esprit
 
cheveux gras 6
 
*** pascualmusic, le 16/09/2002 à 13:59:20
On entend ce titre dans un film qui vient de sortir  » Filles perdues , cheveux gras « .

*** Beegee, le 26/11/2002 à 09:54:15
A propos de « Filles perdues, Cheveux gras », je recommande chaudement la BO.

*** R16.TX, le 03/02/2006 à 18:16:06
Damned !!! Enfin je le retrouve ce truc !!! Vite, passez-moi un synthé Playskool que j’apprenne à refaire la mélodie :p… Rhâââ le générique de « FILLES PERDUES CHEVEUX GRAS »… Marina Foïs je t’aime ! :p

.. à ne pas confondre avec les autres Bourriquito.

Un peu de technique maintenant : ces vidéos postées sur YT ont été converties au format 16:9, ce qui épaissi les hanches de Véro, mais qu’on ne s’y trompe pas : au format 640×480 (format de l’époque) et vous verrez qu’elle est tout à fait respirable la demoiselle.
On la soupçonne aussi d’avoir les incisives écartées .. qu’elle répare dans un clip.. Ce qui la transforme en adorable gisquette, ce sont aussi ses bas « à varices », sa jupette retroussée sympa p’tit cul et son tablier qui nous rappelle sans doute Patricia Quinn « as Magenta » dans « Rocky Horror picture Show » 1975.. le clip est de 81..
Nos sympathies, nos « émotions » ne se suffisent pas de hasard.. il y a toujours un lien entre les objets du plaisir.

Très ordinaires le « band » et la mademoiselle ? Sans aucun doute, mais avouons que les idées remplacent souvent le pétrole à condition de se remuer un peu, le popotin.