Al.Hy brutalisée par un cameraman ?

Ou alors : elle se sape chez Emmaüs – comme Chloé.

Regarde moi cette épaule !

the voice & vous show case d'al.hy a saint amand les eaux tf1 wat.tv 36

Là, c’est la Chloé.. pas chanteuse mais plutôt mentalist :

http://rutube.ru/video/a56e5d3e746a054ec6bfd32b99ab138a/?ref=relroll

[Tags Keywords Emmaüs, Chloé. profilage, épaule, chasuble, criminologue, Mentalist, mignonne, rouqine, rousseur, sexy, TF1, Vuillemin ]

Publicités

Blanche

Al.Hy a bien la peau blanche.. bien que.

Quand je l’ai vue pour la première fois, dans The Voice, je me suis dit « Tiens, une belle rouquine » eh bein non.
C’est une (belle) brune – elle peut donc aller à la plage de Beurk-plage.. elle bronze pas moins pas plus que toi ou moi, alors que les pauvres rouquines se confondent vite avec les crustacés cuits et autres « fruits de mer ».

D’où m’est venu cette erreur tragique de croire à une rouquine ?
C’est simplement du à l’éclairage sur les plateaux télé.
A l’époque du noir et blanc, le chef opérateur (le type qui décide de la qualité, du rendu de l’image), était obligé de faire les pieds au mur en jouant avec les ombres pour chiader une image. Puis est arrivé la couleur. Maîtriser la couleur, ce fut une autre paire de manche : fini de modeler les ombres car il fallait tenir compte d’un énorme paramètre, c’est que – selon que l’éclairage était « néon », intérieur ou extérieur, il fallait se battre avec « trop verte » ou « trop d’orange », puis – se battre à l’étalonnage.
La télé a permis de s’affranchir un peu de cette balance des couleurs, grâce au numérique mais pour ce qui est des plateaux télé – surtout quant il y a beaucoup de monde, d’accessoire, pour éviter les ombres multiples et incontrôlées, on « arrose » de lumière à l’excès; l’image se sature de couleurs, elle devient « plate » mais suffisante.. on ne parle plus de belles images, de qualité – on se suffit que ce soit homogène.

C’est ainsi qu’Al.Hy, les cheveux quasi roux sous les spots, et la peau claire, nous faisait tout l’effet d’une rouquine.

La vulgarité comme qualité & Pour Mlle Sydony peut-être, mais pas pour Al.Hy

Maddie_hasson_the_finder_promo_shot_DrLI3GS.sized

Là, on évoque deux trucs :

  • La vulgarité sympathique dans les médias et
  • Trop en faire question maquillage
  • .
    Item #1 :

    On a quatre cas d’espèces :

  • Cette fille dans la série TV récente des « Sherlock Holmes » : Rachel McAdam
  • puis – La fille dans la série « The Finder ».. Maddie Hasson.
  • Et enfin, les deux dernières/nouvelles actrices (« Amy » (1)) féminines dans « Dr Who ».
  • Clara Oswald et Billie Piper.
  • .
    dans le désordre.

    38217-doctor-who-billie-piper jenna-louise-coleman2

    Toutes les quatre ne sont pas des bimbos dignes de Playboy.. elles ont des frimousses passablement ordinaires, voire vulgaires mais qu'elles sont tellement attachantes.
    Comme quoi : il faut se méfier – même de cette fille qui monte devant vous, dans le métro, peut avoir un « quelque chose » de craquante – suffit de chercher.

    Item #2. C'est pas difficile : s'il ne tenait qu'à Al.Hy – hors renforcer les ongles à doup de Dior : elle ne se maquillerait pas.
    Le second thème c'est "Comment peut-on trop en faire" ou : "les limites du maquillage".
    Ce sont des pubbes récentes qui vantent des ailes de papillons en guise de cils.
    Et on y voit des cils.. des cils, mais des cils que la moindre bourrasque risque de porter tort aux porteuses de ces postiches.. Postiches pour potiches, que je me risquerais.

    doctorwhoreviews-com-03

    C’est vrai que pour un petit thon – améliorer la nature le temps d’une boite de nuit.. dans la pénombre c’est sympa, mais les limites elles aussi, ont leur limite.

    Vous voyez où on veut en venir avec ces deux items un peu contradictoires.. c’est que rien ne vaut le naturel.
    Qu’il vaut mieux savoir que votre comparse pue de la g.. dès le premier réveil.
    J’ai une copine blacke.. que la première fois q’elle a retiré sa perruque.. ça fait tout drôle 😉

    Par contre : c’est vrai qu’un trait de rouge sur les lèvres d’une fille à la peau claire de lune (comme Al.Hy), c’est un clin d’oeil paradisiaque.

    (1) Karen Guillian (dernière illustration) as « Amy » (prononcer [é-mie]) Karen qui est une pure perle rouquine scotish à côté de ces deux sympathiques noiraudes.

    Pas de tatouezes et pas de piercingues

    Grand malheur : c’est cette jolie Coeur de Pirate qui s’est « dévisagé » les bras qu’elle devient littéralement in-vi-sible.. une bête de foire. C’est comme si Al.Hy se mettait des piercings..
    Mais elle, le bon sens l’en a préservé.

    Une fille un peu rouquine, à la peau claire.. est déjà « assez belle » comme ça, assez belle « nature ».

    En Chine, comme en France il y a longtemps, les femmes « précieuses » se garde, se préservaient la peau du soleil.