Elle est trombone ..

Je n’ai pas résisté à la tentation (Mon Dieu !!) j’ai piqué cette profession de foi chez Sauter-dans-les-flaques avec Sebastien Blanrue (« Sauter dans les flaques avec Sébas.. », elle est déjà fort bonne).

Al.Hy m’a avoué (même pas sous la torture) aimer le bon vin. ce qui n’est pas un pêché sauf erreur.
Ici, on a trouvé une bonne raison de le faire (boire du pinard) sans aucune modération comme on le déduit de l’illustration.

lipswhotouch

Sur son blog et son Facebook, Sébas sous-titre : « Les lèvres qui ont touché de l’alcool ne toucheront pas les nôtres. »
Au moins – avec les tronches qu’elles se payent, elles ne risquent pas d’être violées trop souvent – même par des alcooliques 😉

J’insiste

linux mint 4

Un nouvel ami est passé par ici voilà 15 jours… Sauter dans les Flaques de Sébastien Blanrue..

Il publie sur sa feuille : « Anagrammes, piques épiques alcool et drames. » dont le seul titre est un morceau de bravoure à lui seul.
L’article aussi est un « morceau » .. mais PAS QUE – c’est pour ça que j’insiste lourdement.

C’est aussi la brochette de commentaires aussi est digne d’intérêt.. sauf les salutations distinguées dont on se moque mais au vu des auteurs de commentaires, on trouve une bonne vingtaines d’autres sites tout aussi amusants, décalés – pour la plupart déjantés à la Desproges.
Pour mon compte personnel, je dirai « dérision » oui, mais Jean-Marie Bigard et les gros sabots, je dirai : moins. Mais je n’en veux pas à ses amateurs.. il en faut pour tout le monde.
La vulgarité n’apporte rien.. confondre les grossièretés avec le comique, c’est pas mon truc.

Tiens : j’ai un bon exemple de comparaison – la vulgarité au comique, au désopilant, c’est un peu comme l’écart entre le sexy et le porno. Le sexy – c’est une montagne d’accessoires, de falbalas, de coquineries, alors que le porno : c’est d’la barbaque.

Un été – deux succès

Chaque été, on a droit à une « Lambada » plus ou moins quelconque.
Cette année, on a (heureusement) droit à :

Emily Ratajkowski toujours prête à nous en boucher un coin.

Made by Robin Thicke « Blurred Lines ».

Là c’était l’origénial.. sachant qu’il a été repris, pour notre plus grand plaisir par BeatsPill.. le « scénario » et la plastique d’Emily reprogrammée..

C’est assez rare pour le noter : que des musiques soient utilisées pour vendre est une chose mais qu’un clip soit « retourné » pour le compte d’une pub n’est pas si fréquent.

Là – c’est une version BeatsPill spéciale communauté black.

Ici – en cadeau : le même pub Boulanger, mais censurée pour cause d’une Emily Ratajkowski (presque) complètement à poils.

Notes techniques : avec difficulté, on a chargé ce fichier censuré mais qui se vend sur certains sites – la question n’est pas vraiment là. La question, c’est que ce fichier pèse 15M octets .flv et en tentant de le convertir (avec « Super », Easy RealMedia Producer, AVSVideoEditor, Freemake Video Converter, Videolan VLC etc) – le résultat .mpg ou .avi est un petit fichier d’introduction d’ 1,5M qui contient visiblement un piège qui empêche recopie et conversion.
Bref : on ne peut ni le télécharger, ni le convertir.. on ne le retrouve pas pas dans le cache internet.. mais les « amateurs » peuvent l’acheter. En « somme », elle n’est pas vraiment censurée, mais elle à un prix !.;)

En fouillant bien : il y a quand même probablement une soluce sous PC – c’est de capturer ce qu’on voit à l’écran avec le petit logiciel CamStudio ou autre. Après, on recadre avec un VirtualDub quelconque. Sous Mac OS, je ne sais pas – où on passe à la caisse iTune ou alors.. il doit bien y avoir un truc

Le second succès – enfin, il voudrait bien, c’est Sébastien Patoche avec son titre phare et bruyant : « Quand il pète, il troue son slip ».
On est même pas certain que ça beuze dans les campings.. dans les colos, peut-être ? ou chez les routiers pour se tenir éveillés au volant.