Camelotte

Ou plutôt « Kaamelott« .. c’est vrai que lorsqu’on regarde un épisode de cette série d’inspiration anglo-saxonne pour la première fois, on se dit que ça ne vole pas loin.. et puis on s’habitue.

kaamelott anne girouard

Passé quelques épisodes et si on se penche sur la ligne directrice de cette série, on finit par observer qu’il s’agit d’une sorte de télé-réalité sans début et sans fin – comme tous les reality-shows.. chaque épisode un peu relié au précédent et suivant – dérogeant donc aux trois règles de la théâtrologie classique ou trois phases aussi (1) qu’on retrouve en littérature et même dans presque toutes les formes d’expressions artistiques (2).

Mais à l’usure, on se prend au jeu.. on savoure les jeux de mots, les savoureuses insinueries, l’aspect irréel et surréaliste de tout ça. Appuyé par d’excellents acteurs (Série d’Alexandr Astier, avec cette superbe nunuche de Anne Girouard.
Ça change des séries vampiresques qui vraiment, ne me branchent pas.

Bref – quand je ne suis pas à jour de Télérama, c’est instinctivement sur Kaamelott que je me branche.
Sans compter la richesses des décors, de la mise en scène.. même si on est pas à un déconnage historique près.

(1) Début : présentation, milieu : développement, fin, conclusion : généralement moralisante – à valeur d’exemple.

(2) Voir Vladimir Propp à ce titre.

Pourquoi ch’t’M bien – les jeux de mots à 100 balles

Al.Hy est bien de son époque – sans aucun doute, mais elle n’a pas été complètement pourrite par la langue SMS, ni même le « causer rap » des cités « sensibles ».

Ceci posé –

Personnellement, j’ai un style écrit assez débridé imbibé de jeux de maux à 100 sous, souvent même – surréalistiques, familier.. même que ça ne plait pas à tout le monde. Mon lecteur, au premier passage, est souvent horrifié, puis il s’habitue.. comme Stéphanie Bédard (Robin des Bois) qui me tirait les oreilles que je n’étais pas un exemple pour les djeunesses canadiennes québecoise et françoise – avant que je ne m’explique.

Si « le rire est le propre de l’homme » et de son sous-produit : la femme, l’humour – lui, est loin d’être naturel; il n’est pas spontané – sauf ici et sauf chez Al.Hy.
C’est encore une raison pourquoi ch’t’M bien Al.Hy.. Al.Hy qui use de tournures, de casse-mot exactement comme je le fais.. pour s’en jouer de ces mots convenus et usagés. Par exemple, ce 17 août, voilà comment qu’elle cause sur son FaceBook_Officiel :

Envolée sur Zébulon depuis quelques jours, voici ma carte pause-(t)-hâle
J’ai déjà [..]
Baisers mouillés, Al.Hy

gong radio gnome invisible

C’est une chaussure : moi saucisse – comme Al.Hy, j’aurais pu écrire ce truc : « carte, pause-(t)-hâle » .. on a un style proche sauf qu’heureusement, Al.Hy est une fille – moi, un gars.

Sans vouloir slipanalyser la charmante, sans compter que : sans qu’elle l’ai remarqué, Al.Hy parle comme par hasard de « pause » quand elle a grand besoin de se reposer et de « hâle » où on comprend halé par le soleil – ce qui résulte bien de ses méandres neuroniques et poétiques. Mais, arrêtons là la psychananalyse – S.F n’étant vraiment pas mon copain.
Même avec l’anglais, ça marche les jeux de mots – il y a par exemple I am souris.. j’aime assez.

Al.Hy délire aussi pire que moi – pour ça déjà : je ta dore.

séuɹnoʇǝɹ sɹǝsıɐq
˙˙ʇôʇuǝıq ʇuǝʌıɹɹɐ sǝsoɥɔ ǝp sɐʇ sǝp ʇǝ ‘ǝlnoɹ ʎɥ˙lɐ
˙sıoɟ ɐl à ǝɔuǝssǝ uoɯ ʇǝ ɹnǝʇoɯ uoɯ sǝʇê snoʌ ‘uǝıʇnos ǝp ʇǝ ɹnoɯɐ,p sǝƃɐssǝɯ soʌ ‘ǝʇuǝʇʇɐ ǝɹʇoʌ ɹnod ɹǝıɔɹǝɯǝɹ snoʌ à sıɐuǝʇ ǝɾ
˙˙snoʌ ɔǝʌɐ ǝnbıunɯɯoɔ ǝɾ ǝnb ‘ɹǝıʌɐl…Afficher la suite

Sue Al.Hy_Officiel, le 7 août.

Ou bien : simple phrases tro sibyllines : Baisers d’impatience et de hâte extrême abusive et épileptique.
Votre Al.Hy qui pense à vous.
, pire .. Nous sommes Lundi et ce jour sonne vous.

Bref : exactement mon genre qui me va bien? Copieuse !

try so hard gong 8

Au regret de ne pas vous passer de l’Al.Hy, Al.phabête étant toppe secrète jusqu’à sa sortie; mais bon, « Gong », ça fera patienter.

Etonnez-vous (Maj)

C’est le groupe « O' » qui m’y fait penser… O’ fait de la musique celtique.. c’est sympa et ça change du rap « déjà dans les bacs »..

« O' » qui me rappelle un groupe anachronique pour le moins :

The Incredible String Band (sometimes abbreviated as ISB) were a psychedelic folk band formed in Scotland in 1966.[1] The band built a considerable following, especially within the British counterculture, before splitting up in 1974. The group’s members are musical pioneers in psychedelic folk and, by integrating a wide variety of traditional music forms and instruments, in the development of world music. The group reformed in 1999 and continued to perform until 2006.

Des scotish donc – alliant instruments celtiques, a des sons qu’on ose même pas imaginer.
Je peux essayer de trouver quelques qualificatifs à ma façon :

délirant, fun, pastiches, irréel, déconnant, à-côté-de-leurs-pompes, tonitruant, surréaliste .. « folk & psychedelic » comme dit Wiki.. bref : une telle soupe qui ne donne vraiment pas envie de s’y frotter. Mais si vous ne cliquez pas la vidéo, vous perdez quelque chose, c’est une chaussure – Tant pis.

Allez directement au morceau : « El Wool Suite » (Si vous n’êtes pas comme l’illustration,pressez 8 fois sur « Next » [Plage # 9 sur une 50 aine¨]), qui est très représentatif de ce que pouvaient faire ces deux filles et leurs deux gars.
Zavez pas peur : ils ne chantent pas en écossais; c’est de l’anglois – comme toi et moi.

inc 7

wishbone ash 10

Style nanchronique aussi : une des deux filles n’avait pas peur de chanter sans soutifs sous une robe légère pour le moins transparente que ça lui allait assez bien (Sur le lien : vous ne peinerez pas : c’est la première image).

Le groupe s’est dispersé puis recomposé sans « girls ».. changeant de style pour faire une sorte de jazzy post 68 tard.

Ici encore : un curieux groupe « passéiste » caché sous son casque – qui avait aussi ses amateurs : Whishbone Ash (« Argus »).

Des « rappels » en rappelant un autre : c’est un certain « Chris Spheeris » qui lui aussi fait une musique surprenante.
musique que j’appellerais plutôt « musique décorative » d’ailleurs.
Spheeris – c’est de sa musique à lui, mais de « partout »..
On s’éloigne de « O' » et sa musique celtique.. sans doute, mais la zique est une très grande famille ..

Et pour vous initier à  » O’  » alors, c’est une toute autre paire de manche.. il faut se déplacer vers le Chnord..

O’ au festival Découvertes Autorisées
25 mai à 20:30 – MJC de Douai, à Douai
S’inscrire · Obtenir des tickets · O’ y a participé

et en enntrant « O’  » ou « Omusique » sur internet, ça rend : strictement rien. Même pas sur Skyrock.. quand même : ce que les chtis sont casaniers 😉

Et voilà !! Pour la prelmière fois, on est parvenu à ne pas parler d’Al.Hy pendant 348 mots d’affilée.. que le groupe  » O’  » est pote d’Al.Hy ..

(Mes) Deux albums phares

string band spheeris 12

Derrière cette image se cache « Be_Glad_for_the_Song_Has_No_Ending » et avouez que question délires, c’est déjà pas mal .. sans trop besoin d’arômes artificiels 😉
Ici, le « full movie » de cette histoire de pirate qui a perdu sa boule de cristal.

Bon.. on s’arrête car il n’y a que 24 heures dans une journée.

Le style de notre feuille « hypheurite.wordpress.com »

Lors s’un échange avec une personne publique, je me sens obligé de justifier de mon style qui plait ou mais déplaît aux puristes :

« Pour ce qui est des fautes de syntaxe etc [..] il faut que je précise que je m’adresse à des jeunes qui font eux-même preuve d’une certaine liberté de langage comme tu sais – et encore, je ne « kiffe » pas 😉
En outre des « ya » familiers pour « il y a », j’use volontairement de libertés surréalistes parfois, jonglant avec les « meaux ».. leurs sonorités avec l’ellipse et l’antiphrase comme alliées.
C’est un style – bon ou mauvais, du à l’abus de Boris Vian et Saint-John Perse, sans doute.
Fort de ces précisions, je me sens un peu plus lisible.
Encore : ne me reproche pas mon français car je suis un de ses acharnés défenseurs et c’est en l’aimant, c’est après l’avoir tant usé et usité, que je me permet ces libertés [..] »

C’est un art difficile, la quadrature du cercle que d’être lisible par les défenseurs de la langue française et aussi sympathique aux jeunes qui justement prétendent se libérer des sentiers battus par leurs parents.
« Je kiffe pas quand c’est écrit en Victor Hugo » disent les uns.. « Donner le bon exemple » d’un autre côté.. art difficile que de plaire à tous, c’est ainsi qu’ici, on s’exprime bon an mal an, « entre les deux ».

[Tags Keywords opérateur de prises de vues ciné, sondier , garde mots]

Ça aussi (& surréalismes & bourrins)

c’est d’la musique !!

Pour les amateurs de cinoche qui aurait le malheur de ne pas connaitre ces deux vieilles pellicules.. Il y a « Blanche » de Walerian Borowczyk avec Michel Simon, Ligia Branice dont zique médiévale des Manestriers (Sic mea fata) – notre première pierre blanche cinématographique.
 
blanche - ligia branice
 
Du même : « Goto, Ile d’amour » (Prononcer go to, comme Toto et pas comme go to..: une splendeur surréaliste en noir et blanc, avec Branice.. Un film qui n'a pas coûté 18 million de f de l'époque, soit : pas de quoi acheter un studio avec la flotte sur le pallier.
 
"Goto" avec en prime "Handel — 6 Organ Concertos op.7 (3rd Set, 1761)" très bonne cuvée
 

 
de la vidéo.. et de la zique presque "sacrée" maintenant. Comme moi, les chevaux au manège – adorent. Le métronome du chef est un peu pressé à mon goût, mais bon – c'est quand même "pas mal" ; Merci Boro & merci Boro pour Branice et pour Georg Fried…

Surréaliste ?
Comment qualifier ça : Le larbin Grozo (Guy Saint-Jean) fabrique des pièges à mouches avec des poils de chiens .. hein ?

France 1968

The island of Goto was separated from the mainland by a seaquake in 1887 and has remained isolated since. Goto III (Pierre Brasseur, EYES WITHOUT A FACE) rules the island and its inhabitants live and die at his whim. His wife Glossia (Ligia Branice of Borowczyk’s BEHIND CONVENT WALLS) falls in love with handsome riding instructor Gono (Jean-Pierre Andréani, THE STORY OF O) and they plan to flee the island on a rowboat that has washed ashore (their hopes are dashed when Goto childishly shoves it back into the sea after he loses his balance trying to show off to his wife and falls into the water). Meanwhile, court fly killer Grozo (Guy Saint-Jean) has been killing his way up the social ladder (his coveting of Glossia is evident when he tries to get a look-alike prostitute to wear some of her gowns that he has pilfered) sees the opportunity to seize the throne when he discovers Glossia’s and Gono’s affair.

C’est un conseil à Al.Hy et aux autres qui sont débordés par leur vie trop active : arrêtez-vous trois jours, une semaine pour faire du cheval. Le cheval est une thérapeutique sans égal..
A l’attention des jeunes qui pensent que les cuisses de poulets, ça pousse dans des barquettes : Le cheval : c’est un peu comme un petit lapin, mais en plus grand – avec la tête vers la gauche et la queue à droite.
Le lapin ressemble au cheval par certains côtés : tous deux sont très farouches.. très gentils. Le chaoual a une mémoire d’éléphant.
Le cheval – contrairement au lapins, n’a pas de « pattes » malgré les apparences, le cheval a des jambes; en fait – morphologiquement : le cheval marche sur 4 doigts, le sabot est .. un ongle !!
Passé cette longue intro pourtant nécessaire introduction : le cheval est un ami complexe et l’approcher, le monter est une lutte permanente entre deux forces mentales, le but étant de les concilier pour obtenir ce qu’on veut de notre monture.
Le cheval est très bon pour la santé, pour vous nettoyer les neurones. En outre, le « dompter », c’est d’abord se dompter soi-même : se situer dans l’espace.. équilibre, forces & douceurs.. le cheval est un art.

Pour tou savoir de ce surprenant médicament, il y a FaceBook : MonNomEstPersonne qui porte bien son nom (Audrey Deborde).

[Tags Keywords Georges, Wilson, Jacques Perrin, Carminan, Burana, ancienne, profane, sacrée, lambergeon, Catherinen psycho, somatique, psychosomatique]