Devise (La logique, c’est un métier)

de Stan Laurel et Oliver Hardy :

Une journée sans rire est une journée perdue.

Et nous sommes bien d’accord.
Ce monde (immonde) n’est déjà pas trop marrant à en croire nos gazettes.. C’est bien pourquoi je cultive le rire, les bons mots surréalistes ou au trente troisième degré, la rigolade et les blagues sauf les bêtes et trop méchantes.

Bien sur : chanteuse à textes – c’est rarement marrant. C’est bien pour ça qu’ici, on fait la contrepartie pour égayer Al.Hy et alhyens.

Nécessité d’autant plus forte qu’on ne peut pas dire que nos comiques actuels soient vraiment comiques avec les clichés usagés.. j’ai beau me gratter le front, je n’en vois pas un qui me percute l’esprit

Spectacles d’humour et one-man-shows à Paris ..

  • Les Alcoolytes : Dialogues de sourds
    (2 votes)

  • Alexandre Barbe : Nique le stand-up !
    (11 votes)

  • Arnaud Cosson
  • Arturo Brachetti & Friends : Comedy Majik Cho
    Tarifs : Place de 20 à 71€ .. A ce prix là, ils doivent offrir une louche de caviar à l’entre-actes.

  • La Bajon
    (4 votes)

  • Benjamin Verrecchia
    (16 votes)
    36€ – plus c’est cher et moins c’est mauvais ?

  • Bérengère Krief
    (130 votes)
    « Un show où Jeanne d’Arc croise Batman et Freud côtoie Ribéry. Fraîche et moderne, girly et universelle, Bérengère Krief .. »
    Tarifs : Place 16€ – Mouais, ça vaut pas plus. Comme quoi, fo pas se fier aux votes.

  • Bonaf
    (15 votes)
  • .
    Passons sur les Jean-Marie Bigard et autres Anne Roumanoff les Djamel Debbouze .. Elie Semoun, Palmade et Laroque qui radotent.

    Laroque & Palmade – à la rigueur.
    Bref : depuis Desprorges (de par sa finesse) et Coluche (par sa lourdingue) qui était passé maître avec sa « .. différence entre un pigeon. » on ne voit rien venir. Il y a quelques « petits amuseurs » mais avouons que ça manque de pépse. Ce ne sont pas les vannes de zinc de Jean-Marie qui me feront grimper aux rideaux.

    coluche2

    Je rappelle qu’ici, les membres fondateurs sont k’humour débridé 2° degré mais aussi le surréalisme (le décalé) et Coluche nous plait bien à cause de ça.
    Cette histoire de « .. différence entre un pigeon » (1) est l’archétype de la blague surréelle.. comment veux-tu qu’il y ait une différence entre un pigeon.
    Cette « .. différence entre un pigeon. » c’est une des multiples questions que les DRHs posent à des prétendants collaborateurs BAC +9. Le but étant de déstabiliser le candidat.. voir comment il se sort d’une situation très difficiles voire absurde.. une impossible « mise en condition ».
    Comme quoi l’ « illogique » a bien son intérêt.

    La logique, c’est un métier

    Il y a celle-là aussi – question déstabilisation :

    « Le train d’arrête et montent 10 voyageurs..

    .. descendent 2 voyageurs.
    .. en montent 4 .. »

    Bon – après s’être fait promener ainsi entre 7 ou 8 stations.. le résultat donne 18 et l’examinateur te demande sérieux :

    « Combien avait-il de stations ? »

    Mais ne crachons pas dans la soupe absurde ou surréaliste – nous, qui avons tété aux mamelles de Pascal et Descartes.
    En Chine par exemples – en Asie, les formes de pensées sont différentes des nôtres tout en donnant satisfaction, en particuliers dans la démarche ontologique, qu’est ce qu’on fiche sur cette planète, la valeur de l’argent, le « bien » et le mal.
    D’ailleurs, même nous – imprégnés de logique, avons recours à la « logique floue » pour résoudre des problèmes des plus épineux.
    Pas si floue que ça d’ailleurs puisqu’elle sert au contrôle aérien (gestion du trafic aérien).

    (1) Ce bon mot est une reprise.

    Publicités

    Bien sur

    hiv411

    Al.Hy est très branchée « The Voice » et consort pour sur, mais aussi « Télé Réalité »; outre qu’elle aime bien, ça fait aussi partie de sa crèmerie en somme. Jenifer, par exemple, en est un fruit.

    Ici, c’est pas mon truc.. sauf ce qui concerne la chanson – et même, ce n’est plus systématique. Ecoeuré que je suis, par les bidouillages, des tripatouillages de décomptes SMS, des triches TF1.. à de rares exception : les gagnants que du vomis.. que du parachutage; la saga Al.Hy en apportant une preuve manifeste : tout le monde, les spectateurs, les SMS, la populace – la donnait gagnante .. et voilà l’honnêteté de TF1 : on nous prend pour des ânes.. et l’âne que je suis ne regarde pas la télé.

    Mais c’est vrai que la télé-réalité est souvent une porte d’entrée pour de futurs excellents artistes.

    Derrières ces émissions assez débilitantes de télé-réalité, se cache la possibilité de révéler un réelle capacité de comédie puisqu’il n’y a « que du vent » par définition; seuls d’excellent comédiens sont capables de nous faire avaler que Nadia est amoureuse de Toumba-toumba. Des chanteurs (Jenifer) des comiques aussi, sont découverts.
    Les producteurs en sont les premiers consommateurs.

    Comment explique t-on l’interet des spectateurs pour la téléréalité …
    Image & société : La téléréalité. Parties du TPE. Comment explique t-on l’interet des spectateurs pour la téléréalité ? La téléréalité exerce un extraordinaire …

    http://tpe-telerealite.e-monsite.com/pages/comment-explique-t-on-l-interet-des-spectateurs-pour-la-telerealite.html

    Dans un genre similaire.. ces séries de vampires ou des séries apparemment débiles comme « Kaamelott », « sans queue ni tête », sans début et sans fin, le problème (s’il en est), c’est qu’on s’y habitue très bien.

    Aux Etats-Unis d’Amérique du Nord, il est des écoles de spectacles efficaces et cruelles où tu apprends d’abord TOUT, des claquettes au trapèze avant de prétendre à ton premier petit rôle .. tu es toujours « rôdé »; là bas, le spectacle, c’est un métier comme un autre tandusqu’en France, il n’y a rien de trop structuré.. quelques cours d’arts dramatiques plutôt minables, des « petites écoles de la chanson », ou alors, c’est l’EF2M archi pro mais qui n’en reçoit pas 3000 par an.

    Par contre, il y a quarante ans, on avait déjà quelques émissions télé.. de ces Cocorico girls des Stéphane Collaro – des « théâtres »/ écoles du spectacle comme ce « Grand Orchestre Spelendid » des Carlevaris, « Le Petit Théâtre de Bouvard », des La Classe qui virent naître des J.M Biguard..
    Puis débarquèrent ensuite tous ces sitcoms genre « Les filles d’à côté » (1), « Hélène et les garçons » (où on sent poindre la télé-réalité) qui « embauchaient » beaucoup pour en élire quelques uns.. comme la téléréalité.

    colaro 6

    On rigolait de tout et de tous.. des noirs, belges ou de nos propres curés ou politiciens, même de nous-mêmes « béret-baguettes » « .. des phoques [homos – Ndr] pour une affaire de morses » qui mènerait maintenant droit devant le juge.

    cocorico 5

    C’était encore très « béret-baguette ».. sympa car pas encore pollué rap et compagnie.

    Apprendre le spectacle en France, c’est le parcours du combattant car « comédien », c’est moins « sérieux » que boucher-charcutier; c’est latin.. la marque au fer rouge laissée par la Comedia del Arte. Alors, pour sa promo_médiatique : le débutant est obligé de jouer des coudes, de « promotions canapé » ou au mieux : des promos Taratata ou Fort Boyard.

    Ainsi, ce sont indirectement ces émissions à distraire le téléspectateur qui servent à produire de nouveaux talents. des émissions débiles à première vue mais dont le rôle est d’utilité publique si j’ose dire.

    (1) Jean-Luc Azoulay, Dorothée & Cie.

    [Tags Keywords Meghan Ory Macao]